The Pool de Ping Lumpraploeng – Critique

Shadowz ©

Par un concours de circonstances, un homme et sa petite amie se retrouvent coincés dans une piscine vide abandonnée de six mètres de profondeur. Ils vont vite avoir la compagnie d’un prédateur aux dents acérées ayant élu domicile sur les lieux.

C’est l’histoire de Paf le chien…

Être coincé dans une piscine vide de 6 mètres de haut, que pourrait-il arriver de pire ? Qu’un alligator soit aussi coincé avec vous, oui d’accord, mais que pourrait-il arriver de pire encore ? La réponse c’est ce film. Plutôt excellent pour les uns et profondément débile pour les autres, cette chronique se situe entre les deux, quoique la balance flanche un chouilla plus vers le profondément débile (à notre grand regret).

Dernier film en date (2018) et premier vrai film d’horreur du réalisateur et scénariste thaïlandais Ping Lumpraploeng, qui n’avait alors à son actif que des comédie, au premier abord, The Pool a ce qu’il faut d’excitant grâce à son concept et ses apparitions remarquées en festivals, dont le prix du Most Fun Movie To See With an Audience (on vous laisser aller voir sur google trad si jamais c’est nécessaire) décerné lors du Austin Fantastic Fest. Jusque là tout va bien. Jusqu’à ce que vous regardiez The Pool.

Shadowz ©

…Il traverse la rue…

La première partie s’emboîte parfaitement, les personnages, le contexte, un peu d’humour, le ton est donné et la machine lancée. Puis sans crier gare, tout va se casser la gueule, au sens littéral comme au sens figuré. Car outre cette histoire un peu folle d’un huit clos dans une piscine géante et vide avec un alligator en guise d’animal de compagnie, The Pool a littéralement pour concept La loi de Murphy, vous savez “Tout ce qui est susceptible d’aller mal, ira mal.“, ce qu’il arrive très bien à mettre en place dans cette fameuse première partie, et lors d’autres scènes ici et là plus tard dans le film. Or, à vouloir trop en faire, le réalisateur a réussi à plus ou moins gâcher ce qui était une bonne idée au départ, en alignant de grosses incohérences.

En effet, lorsque la succession de malchance que subissent les personnages principaux, Day et Koy, est causée par des évènements incontrôlables, naturels en tout cas qui semblent réalistes, The Pool fonctionne très bien. Là où le bât blesse, c’est que 50% de tout ce qui leur arrive aurait pu être évité s’ils n’étaient pas des personnages aussi débiles, aux actions débiles, surtout Day qui a parfois des fulgurances ingénieuses à la Tom Hanks dans Seul au monde (cette référence est réellement dans le film) et deux minutes plus tard absolument aucune jugeote.

Shadowz ©

…Et Paf le chien.

C’est vrai, mettre en scène ce concept pendant 1h30 de pellicule c’est déjà casse gueule de base, mais The Pool aurait très bien pu s’en sortir quand on voit que tout ce qui tient du ressort comique, de l’ironie des situations est bien dosé. De même en ce qui concerne l’horreur, quand il ne s’agit pas du personnage principal qui se fait bouffer la jambe par un animal en image de synthèse, qui est d’une part très psychologique (pas besoin de vous faire un dessin) et d’une autre part très visuelle, avec des scènes gores à souhait (qui n’aime pas voir des ongles retournés et cassés ?).

L’humour et l’horreur se mélangent pour donner un cocktail sadique, cocasse qui en fera rire certains et hurler d’autres si vous êtes du genre à pleurer pour un chien qui meurt mais pas pour un humain. Malheureusement, tout ce que The Pool entreprend de bon et d’astucieux, se retrouve vite terni, comme dit plus haut, par des incohérences scénaristiques qui entachent lourdement la crédibilité du spectacle qu’on nous propose.

The Pool de Ping Lumpraploeng – Critique
Conclusion
Un bon concept et des bonnes scènes gâchés par des incohérences, difficile néanmoins de gâcher son plaisir devant The Pool...
Note des lecteurs0 Note
2.5
Note du film

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés

VOTRE DOSE QUOTIDIENNE D'HÉMOGLOBINE DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour être informé des dernières infos sur vos films d'horreur préférés !