The Innkeepers de Ti West – Critique

Claire et Luke, deux employés d’un vieil hôtel de la Nouvelle Angleterre, tuent le temps en partant à la chasse aux fantômes qui rôdent dans l’établissement…

Réalisateur de The House of the Devil, The Sacrament et même la suite de Cabin Fever dénommée Spring Fever, pour ceux qui l’auraient oubliés, Ti West a réussi à se faire un petit nom dans l’horreur malgré son humble filmographie (à peine 10 longs métrages). Cantonné aux épisodes de séries TV depuis son dernier film en 2016 (In a Valley of Violence sorti en DTV, aïe), il n’en reste pas moins un cinéaste au stylé singulier, très “old-school” et qui ose prendre son temps, ce qui ne plait pas à tout le monde. The Innkeepers ne déroge pas à la règle.

Ghost Hunters

Mélange de légende urbaine et de lieu hanté, la trame de The Innkeepers est tout ce qu’il y a de plus basique. On suit donc deux protagonistes, la frêle et quelque peu naïve Claire et son acolyte Luke, blasé et pince-sans-rire, campés par Sara Paxton et Pat Healy qui se sont retrouvés en 2014 dans l’excellente comédie-horrifique Cheap Thrills. Quand on connaît un tant soit peu Ti West, on se rend compte de la portée autobiographique de ces deux personnages au fur et à mesure de l’intrigue. La personnalité terre à terre limite arrogante de Luke alliée à la spontanéité de Claire et son envie de croire au surnaturel personnalisent bien l’amour qu’a le réalisateur pour le genre, en même temps que son sarcasme, au final une sorte d’agnosticisme qu’il retranscrit dans presque chacun de ses films.

Claire devance rapidement Luke en terme d’importance scénaristique. Plus présente à l’écran, son personnage va beaucoup évoluer contrairement à son collègue, puisqu’elle sera réellement au centre de l’intrigue pour notre plus grand plaisir. D’apparence fragile et pourtant courageuse, on prend un malin plaisir à la regarder œuvrer, l’actrice ayant un charme, un jeu naturel notamment ses réactions de peur sincères et amusantes. Son rôle n’est pas sans rappeler Samantha (Jocelyn Donahue) dans The House of The Devil, ce n’est d’ailleurs pas la seule chose que ces films ont en commun.

Slow burn

On le sait, Ti West aime installer son ambiance, faire durer le suspense voire un peu trop à en voir les reproches qui lui sont souvent faites par rapport à cette lenteur. The Innkeepers est donc à conseiller aux spectateurs qui apprécient les films qui prennent leur temps. Pourtant, dire qu’il ne se passe rien serait exagéré. Si on se laisse prendre au jeu comme les protagonistes en choisissant de croire à la légende de Madeline O’Malley (le fantôme de celle qui hante l’auberge Yankee Pedlar), on se retrouve nous aussi témoins impliqués et effrayés des événements surnaturels que vit principalement Claire lorsqu’elle est en mode traqueuse de fantômes.

Le rythme lent n’est pas le seul parti pris tangible. L’atmosphère mise énormément sur le style archaïque et sinistre de l’hôtel, propre aux goûts du metteur en scène pour le démodé, en plus de ne pratiquement pas en sortir pendant 1h40 ce qui créer un aspect de huit-clos angoissant plongé dans une temporalité impossible à situer. Quand est fait usage d’artifices, en tout cas les fois où ils ne servent pas de jump-scares (malheureusement putassiers pour certains), ce n’est que dans le but de favoriser l’immersion. Des astuces notamment le travail sur le son – le spectateur entend comme Claire dans les moments où elle utilise un casque audio – sont simples mais absolument efficaces pour qu’on s’investisse encore plus dans l’intrigue.

Enfin, même si le film se termine par une note tragique et une conclusion inattendue, il s’amuse tout du long à vaciller entre ton humoristique (sarcastique) et sérieux, comme s’il se jouait de la situation absurde des personnages principaux quitte à nous faire croire que tout ceci n’est que le fruit de leur imagination, en réponse à leur ennui.

The Innkeepers de Ti West – Critique
Conclusion
Certains trouveront The Innkeepers long et vide, d'autres succomberont au charme du Yankee Pedlar Inn et de l'héroïne pour se laisser prendre au jeu de cette chasse au fantôme originale.
Note des lecteurs1 Note
4
Note du film

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés