@Miramax

Scream 3, post-Columbine : comment le film a changé ses plans après le drame

Le premier cri a été inattendu. Scream, sorti à noël 1997 sur les écrans américains, n’a pas laissé de marbre ses spectateurs. Jouant avec les codes du slasher, le réalisateur Wes Craven et le scénariste Kevin Williamson, proposent une relecture de ce sous-genre, qui à l’époque, perdait de son prestige. L’histoire a été conçu comme une trilogie dès le début par le scénariste. Lors de la vente du script, Kevin Williamson donne, à Dimension Films, les pistes pour un potentiel Scream 2 et Scream 3. Malheureusement, la franchise a subi plusieurs catastrophes au fil des épisodes.

Ghostface a tué internet

Timothy Olyphant (Mickey), Jamie Kennedy (Randy), Neve Campbell (Sidney), Jerry O'Connell (Derek) et Elise Neal (Hallie) — Scream 3
Timothy Olyphant (Mickey), Jamie Kennedy (Randy), Neve Campbell (Sidney), Jerry O’Connell (Derek) et Elise Neal (Hallie) — Scream 3

Revenons au climax du scénario final de Scream 2. Sidney Prescott découvre que les meurtriers derrière le masque de Ghostface sont Debbie Salt, une journaliste, et Mickey, un étudiant. Debbie est en réalité la mère de Billy Loomis, elle veut venger la mort de son fils, tué par Sidney, un an auparavant. Au passage, le mobile de la vendetta pourrait être une référence au premier Vendredi 13, Pamela Voorhees se venge de la mort de son fils, mort noyé à cause de moniteurs trop occupés à s’adonner aux plaisirs de la chair.

En réponse à l’immense attente qu’était Scream 2, la production a pris des précautions pour que la fin du film ne soit pas dévoilée pendant le tournage. Malgré ça, les fans savent que l’un des brouillons du scénario a été leaké sur internet avant le tournage. Dans le documentaire Still Screaming, le réalisateur Wes Craven révèle qu’une trentaine de pages ainsi que la fin du film avaient été publiées sur internet. La productrice Marianne Magdalena confirme également qu’une des fins était également sur internet. Dans cette fin, Derek (Jerry O’Connell) et Hallie (Elise Neal) étaient les tueurs. Mais derrière ce twist qui ressemble un peu à celui du premier film, Kevin Williamson raconte, à Dredd Central, que cette version du scénario était un brouillon.

La fin divulguée était un brouillon. Au moment de cette fuite, le script était déjà écrit, le studio était déterminé à garder le synopsis sous clé. Nous étions inquiets qu’il puisse être dévoilé, nous avons écrit différentes fins. Dans ma mémoire, il y en avait 3. Quand les acteurs ou l’équipe voulaient le lire, on leur donnait à chaque fois une fin différente.

Debbie Salt et Mickey ont toujours été les meurtriers du film. Le scénariste raconte :

Il y a même eu une fausse fin où Dewey est le tueur. Ces fins ont existé pour la décoration et rien de plus. Les mesures ont été extrêmes, mais nous voulions garder l’identité du tueur secrète.

Dans une troisième version du script, les rôles des personnages ont également été modifiés : Randy était le caméraman de Gale, Sidney étudiante en cinéma et Joël, le caméraman, était un de la bande à Sidney. Dans ce scénario, la fin était également différente, tous les amis de Sidney voulaient la tuer. Sympa, non ?

Et grâce à leurs efforts, la vraie fin de Scream 2 n’a jamais été découverte avant la projection du film en 1997. Le film a remporté beaucoup d’argent, 32 millions de dollars pour son premier week-end, dépassant de très loin son grand frère (6 millions de dollars le premier week-end). Il termine avec 172 millions de dollars de recette dans le monde.

Une suite est inévitable.

Massacre à Columbine, le trauma de trop

Courtney Cox et David Arquette — Scream 3
Courtney Cox et David Arquette — Scream 3

À l’origine, Scream 3 est le dernier volet de la trilogie. Il est très ambitieux. L’idée est que Stu Macher, l’un des deux tueurs dans le film original, serait toujours vivant et emprisonné hors du comté de Woodsboro. Il communiquerait avec des fans du massacre de Woodsboro et leur ordonnerait de se venger de Sidney. Les producteurs n’ont aucun problème avec le scénario. Il conclut parfaitement la franchise. Matthew Lillard (Stu Macher) accepte le marché, Wes Craven est de retour à la réalisation. Mais, la fusillade de Columbine en avril 1999 sonne une nouvelle ère pour le genre.

La tragédie émeut toute la population américaine. Une psychose se créée et le débat social estime qu’il faut réglementer la possession d’armes à feu, de surveiller l’impact des jeux vidéo, des films et de la musique chez les jeunes. Plusieurs films d’horreur ont été impactés par ce drame. Scream 3 est déjà écrit, il faut tout changer.

Les frères Weinstein rejettent l’idée d’un massacre d’adolescents et proposent de recentrer l’histoire sur le trio des deux premiers films. Ils vont encore plus loin en refusant de créer un vrai film de genre. Scream 3 sera une comédie horrifique. La mise en scène de Wes Craven suggère la violence, mais ne montre aucune effusion de sang. Ghostface se laisse tenter par l’originalité en tuant ses victimes de manières créatives.

Le problème majeur de l’équipe est qu’elle doit changer intégralement le scénario six semaines avant le début du tournage. Kevin Williamson est indisponible, ce sera Ehren Krueger qui sera engagé pour réécrire le script (qui sera réécrit pendant le tournage). Autre problème, de taille, l’actrice principale Neve Campbell est sur le tournage d’un autre film. Elle est disponible que quelques semaines au lieu de plusieurs mois. Les producteurs optent pour un film centré sur les personnages de Dewey et de Gale.

Échec au box-office

Comment le troisième film d’une trilogie peut-il se conclure sans son personnage principal ? Les critiques sont sévères avec le film mais Scream 3 conclut la trilogie avec 161 millions de dollars de recette dans le monde. Soit 10 millions de moins que le précédent film. Dix ans plus tard, Scream 4 tente de relancer la franchise, mais malgré les bonnes critiques, le public n’est pas là. Le film ne fera que 97 millions de dollars de recette dans le monde et 38 millions uniquement sur son sol (Scream 2 en a fait 3 fois plus). Avec la mort de Wes Craven, les potentielles chances de suite de cette franchise sont quasiment nulles. Ghostface s’est éteint avec son metteur en scène. Une chose est sûre, une franchise à succès se fait toujours dans la douleur.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 33 autres abonnés