[CRITIQUE SÉRIES] « Outcast » – Combattre Les Ténèbres (01×07+08+09+10)

Outcast 01x10.2

Kyle continue de repousser les forces du mal tout en tentant de mener un semblant de vie. Le Révérend s’enfonce dans les ténèbres tandis que Sydney s’apprête à faire basculer Rome dans l’horreur pure.

Outcast est un show de grand qualité qui a su s’imposer par son ton et sa narration unique dans le petit monde des exorcismes. S’il apparaissait comme un ersatz 2016 des films de possession, la série de Cinemax a réussi à être unique en son genre. Ses quatre derniers épisodes démontrent à quel point il est nécessaire d’avoir des produits de qualité destinés à renouveler le genre.

Chaque épisode d’Outcast avait son propre duo entre Kyle et le Révérend. Tour à tour relation père/fils puis employeur/employé puis frères ennemis. Il était prévisible que les deux héros se retrouveraient lors du final. La question était de voir ce qui serait le déclenchement de leur alliance contre les forces du mal. Ou plutôt LA force du mal : Sydney. C’est chose faite dans l’épisode 9. Un avant-dernier épisode sert habituellement à introduire les éléments du final tout en concluant les storylines annexes. Or, Outcast prend le chemin inverse en dévoilant que certaines storylines sont des ficelles vers le final. Cet épisode 9 restera dans les annales de la série comme probablement l’un des plus inventif. En tant que spectateur, on se fait balader du début à la fin vers une conclusion finalement logique mais terriblement violente, surprenante et cruelle.

Si Outcast a été vendu comme un show sur l’exorcisme et si Outcast a respecté voire même transcendé tous les codes du genre, la série n’a jamais été un show d’horreur mais un show de réflexion. Réflexion sur la vie, la mort, les règles de société, la place de l’Homme mais surtout une réflexion sur le traumatisme. Les personnages ont connu des traumatismes divers et variés comme la perte d’êtres chers, la vision de parents sombrant dans la folie ou la perte de repères. Si Kyle a été traumatisé par la possession de sa mère, le thème récurrent de cette première saison fut de voir celui-ci faire affaire avec son passé mais aussi de voir sa sœur sombrer. Si la saison 1 était orientée sur Kyle, le révérend Anderson n’est pas en reste puisqu’il se retrouve à affronter le Diable en personne, Sydney… Ou du moins il estime qu’il est le Diable. Leur relation sera un moteur de la saison 2 puisqu’au vu des dernières minutes, il est plus que probable que le statut de Kyle, un outcast, sera exploré et creusé.

Si Outcast a réussi à tenir la route au-cours de ses dix épisodes, c’est aussi grâce à la réalisation des épisodes et son ton. Sombre et grise, la série n’a connu que quelques pointes de couleurs vite noyées dans la noirceur ambiante. Les scènes de possession étaient visuellement impressionnantes surtout pour une petite chaîne américaine. Les effets spéciaux et le générique valent à eux seuls le détour. La série a su se construire autour de personnages forts et marquants. Il est à parier que la disparition de l’un d’entre eux dans ce final va laisser un vide pour la suite de la série. La réalisation a repris certains codes du comic-book de Robert Kirkman et Paul Azaceta mais elle a globalement été sage. S’il y a du sang et du gore, ce sont plus les actions qui dégoûtent que la vue du sang. La scène de la pupille dans l’épisode 9 est l’illustration parfaite de l’horreur graphique et psychologique du show. Robert Kirkman, enfin, semble avoir retenu la leçon du #GlennGate dans The Walking Dead ou du fameux final de la saison 6 puisqu’Outcast se termine sans grand cliffhanger et pourrait même ne pas revenir que cela ne gênerait pas la qualité globale de la saison.

Outcast est une série de possession qui a réussi à rendre ses spectateurs accro et impatients de revenir en 2017 pour la suite du combat de Kyle et du Révérend contre le Mal. On peut remercier les chaînes indépendantes telles que Cinemax ou Netflix d’essayer de renouveler le genre sans le copier.

Outcast
4

Conclusion

Série de genre qui a su se faire sa place aux côtés des grands films de possession, Outcast conclue sa première saison sur un final plus que réjouissant.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés