Mort un dimanche de pluie de Joël Santoni – Critique

Par une journée pluvieuse, une roulotte vient s’installer devant la maison des Briand. Ses occupants, les Bronsky et leur fille, ne se sont pas arrêtés là par hasard. Ils ont un but : squatter la maison des Briand et prendre leur place.

Non, ceci n’est pas le synopsis de la comédie française Sivouplééé A Bras Ouverts mais bien d’un thriller horrifique réalisé 30 ans auparavant par Joël Santoni, créateur de la série Une famille formidable. Très peu de films de connus à son actif, il s’est cantonné à en faire pour la télévision à partir des années 80 en refaisant un petit détour par le cinéma en 1986 avec Mort un dimanche de pluie.

De nuit en pleine campagne, une pluie torrentielle s’abat sur une grande demeure moderne, grise, qui n’a rien à faire là, soudain le titre bleu clair apparaît “Mort un dimanche de pluie” . Menaçant et annonciateur des événements comme cet inconnu, cette masse sombre claudicante qui scrute discrètement la maison, là où une mère et sa fille passent leur soirée en silence. La couleur est annoncée, l’atmosphère du métrage sera pesante, humide et malaisante.

L’ambiance de ce thriller est pour le moins surprenante, entre des scènes de violence infantile et de misère sociale (ou même pendant), vous entendrez le personnage de Marshall Titus chanter de la soul/pop dans le style de Stevie Wonder pendant que des producteurs et musiciens s’ambiancent derrière leur cabine alors que c’est la merde à la maison.

La musique est le fait d’un grand nom, Vladimir Cosma, un compositeur français derrière beaucoup d’œuvres célèbres comme l’excellente comédie dramatique Le Placard avec Gérard Depardieu, le tout aussi excellent thriller d’anticipation Le Prix du Danger d’Yves Boisset (on ne peut que vous conseiller sa filmographie si vous aimez les thrillers), le classique de nos mères La Boum ou encore bon nombre de films du réalisateur pamphlétaire de Jean-Pierre Mocky, pour ne citer que ça.

Les actes valent mieux que les paroles: https://youtu.be/xaD-SvIWNrk

“Décalage” est le mot qui illustre au poil ce qu’est Mort un dimanche de pluie. Plus que l’ambiance, ce sont aussi les personnages, l’affrontement des statuts sociaux et des situations respectifs des deux familles, les décors… Une discordance constante qui met alors en exergue tous les défauts des personnages, Santoni se lâche dans une critique sociale des classes et du cercle familial (ah le patriarcat on adore). D’un côté il y à la famille aisée à l’apparence parfaite qui n’est que faux-semblant, de l’autre la famille pauvre, “cas social”, qui a tout perdu mais qui reste soudée.

Le but pour tous est de trouver sa place, que ce soit les Bronsky (“”les méchants””) qui s’incrustent chez les Briand (“”les gentils””) dans leur vie de famille comme sur leur pelouse avec leur caravane, ou ces derniers qui parasitent le paysage rural avec leur demeure sordide extravagante, impersonnelle, sortie tout droit de Mon Oncle de Jacques Tati. Tout est question d’apparence et d’appartenance pour les personnages, hors c’est cette quête matérialiste, d’un modèle social idéalisé qui causera leur perte.

Mort un dimanche de pluie ressemble à une sorte de conte qui va jusqu’à virer au slasher dans son acte final, en effet, le film est une adaptation d’un roman court de 146 pages de Joan Aiken, écrivaine de livres pour enfants qui s’est tournée vers le suspense, ce qui explique ce style particulier. Il y a comme un aura fantastique, gothique au film avec cette pluie incessante et ses teintes grisâtres, le côté sorcière de la femme Bronsky (Dominique Lavanant est effrayante dans ce rôle) contrastée à l’image princesse en robe rouge de madame Briand, cette maison en guise de manoir et ce corbeau toujours présent… Parfaitement ficelé du début à la fin, son aspect oppressant et ses choix de mise en scène singuliers en font un remarquable film de genre.

Mort un dimanche de pluie de Joël Santoni – Critique
Conclusion
Vive la France
Note des lecteurs1 Note
4
Note du film

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés

VOTRE DOSE QUOTIDIENNE D'HÉMOGLOBINE DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour être informé des dernières infos sur vos films d'horreur préférés !