Frankenstein’s lab revient sur la création de la légende urbaine “Blair Witch”

En 1999, le film Le Projet Blair Witch est au centre de toutes les conversations grâce à son marketing ultra innovant. A l’instar de Cannibal Holocaust de Ruggero Deodato, le film de Daniel Myrick et Eduardo Sanchez utilise le found-footage pour embarquer le spectateur dans une documentaire entre réalité et fiction. L’utilisation ingénieuse du sous-genre et du marketing reposant sur la vraie disparition des acteurs ont propulsé Le Projet Blair Witch en haut du classement des films les plus rentables du cinéma.

Manon, a.k.a. Frankenstein’s lab, analyse la production du film à travers des archives (interviews, vidéos du tournage, photos…) et revient avec brio sur le phénomène qu’à connu le film à sa sortie.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés