EPSON scanner image

Evil Dead 2 de Sam Raimi – Critique

EPSON scanner image

Ash et sa petite amie Linda se rendent dans une cabane abandonnée dans les bois, Ash découvre un magnétophone où un message est enregistré par Raymond Knowby, l’archéologue qui a précédemment habité la cabane. Knowby y récite des passages du Necronomicon qu’il a découvert lors d’une fouille archéologique. L’incantation enregistrée libère une force maléfique qui possède Linda. Ash est alors forcé de décapiter sa petite amie avec une pelle et l’enterre près de la cabane. C’est le début d’un long et pénible cauchemar.

6 ans après le succès d’Evil Dead, Sam Raimi prolonge son univers macabre et déjanté avec son acteur fétiche et ami Bruce Campbell. Au début des années 1980, un jeune réalisateur encore inconnu venait de terminer son dernier clap sanglant, un film d’horreur viscéral où malédictions, personnes possédées et flopées de sang allaient symboliser son premier coup de force dans le cinéma d’horreur indépendant. Réadaptation d’un de ses premiers courts-métrages intitulé Within the Woods (1978) servant à réunir les fonds pour la réalisation du film, Evil Dead est un film à part entière, jouant sur les peurs primales, doté d’un budget dérisoire, Raimi fait une entrée fracassante dans la cour des grands, à coups de haches, décapitations, mutilations et décompositions, Evil Dead devient un film culte et sert de référence, à classer dans la catégorie des chefs d’œuvres comme L’Exorciste, Braindead, La nuit des masques ou encore Les Griffes de la nuit.

En 1987, Sam Raimi, ayant à son actif 2 longs-métrages, entreprend le pas dans l’inconnu et réalise la suite, enfin pas vraiment, une relecture, un prolongement, un reboot ou encore une réadaptation de son premier film, au menu : humour noir, gore outrancier, créatures cauchemardesques, accumulations d’effets spéciaux et surtout bien plus de moyens techniques et financiers.

Le second opus place au centre : Ash Williams, interprété par Bruce Campbell, dont le rôle lui collera à la peau, en effet, impossible de le détacher de ce personnage loufoque et maladroit, un héros tendre mais quelque peu sans pitié dont les flopées de sang ne cessent de l’accompagner. Un aventurier hors du commun, s’attaquant frontalement aux forces du mal et ce jusqu’au Moyen-âge, regroupant une armée, déclenchant maladroitement une guerre médiévale contre des squelettes et la mener à la victoire dans le troisième opus L’armée des Ténèbres(1993) quoiqu’on puisse en penser, Bruce Campbell est un acteur reconnu à sa juste valeur, sans qui la franchise Evil Dead ne l’aurait peut-être pas propulsé au rang de star.

Evil Dead 2 commence ou plutôt recommence son cycle classique quelque peu différemment de la version de 1981, adieu la bande de potes, place au couple qui décide de passer quelques jours de vacances dans une cabane isolée, à peine ont t’ils commencé à profiter de leur séjour qu’un mystérieux magnétophone va leur causer des misères, alors que Ash actionne celui-ci, une voix off cite des passages du Necronomicon, un livre maléfique relié de chairs et de sang, réveillant les morts et ouvrant la voie à des univers parallèles diaboliques. Cela ne se fera pas attendre, Linda, la petite amie de Ash devient possédée, Ash la décapite, l’enterre et est finalement harcelé par les démons lors d’une nuit cauchemardesque, avec une main en moins, il persiste et continue de se battre, il est bientôt rejoint par deux couples, dont la fille de l’archéologue qui a découvert le Necronomicon, le cauchemar ne fait qu’empirer.

Ayant bénéficié d’une distribution par une société différente (il en sera ainsi pour le troisième opus) les débuts des films commencent habituellement par de nouvelles adaptations, Evil Dead 2 s’aventure peu à peu dans une comédie grand-guignolesque où le sang change parfois de couleur, où le héros s’amuse à chercher sa proie pour la tuer à la carabine (sa main vivante qu’il vient de décapiter) et où les objets de la maison ont le fou rire avec Ash en prime qui ne cesse de les amuser. Sam Raimi bouscule les codes du genre et propose une relecture humoristique avec d’avantages de gags et d’hémoglobines. L’univers d’Evil Dead est quant à lui assez détaillé, on sait à présent que le héros à l’instar du premier, devient une sorte de Messie contre son gré, symbole de lutte contre le mal, que le Necronomicon sert de passage et de liaisons avec des mondes démoniaques (pas de cénobites en plus mais des deadites) et que cette lutte acharnée entre le bien et le mal remonterait à l’époque médiévale et moyenâgeuse.

Sam Raimi est un des réalisateurs américains les plus en vogue à Hollywood, connu pour sa trilogie Spider-Man, il s’était initié aux films de super-héros avec Darkman (1990), vision sombre et violente d’un justicier se vengeant auprès de ceux qui l’ont défiguré. C’est en 1993 qu’il clora la trilogie Evil Dead avec L’armée des Ténèbres, pour ce film, le cinéaste opte pour l’aventure, les gags, l’humour noir et le fantastique. Du western (Mort ou vif) au thriller (Intuitions) en repassant à l’horreur déjantée avec Jusqu’en Enfer (2009) ainsi qu’une relecture du Magicien d’Oz avec Le Monde fantastique d’Oz (2013), Sam Raimi aime explorer des sommets, cinéaste ardent, son travail apporté dans le cinéma le range aux côtés des plus grands à Hollywood.

La saga Evil Dead continue à hanter le cinéma de genre américain, en 2013, un reboot de la version de 1981 voit le jour, réalisé par Fede Alvarez (Don’t Breathe) le film donne une relecture bien plus sombre et bien plus sanglante que son précédent. En 2015, une adaptation en série voit son apparition, intitulée Ash VS Evil Dead, Bruce Campbell rendosse le rôle de Ash soit 30 après. Sam Raimi à la production, la série rencontrera un succès pour au final s’arrêter net après une troisième saison jugée médiocre, néanmoins, en octobre 2019, le réalisateur et créateur de la saga vient de confirmer qu’il y aura un nouveau projet mais sans Bruce Campbell. Déception…

Evil Dead 2 est un concentré de gags, d’humour noir, suite logique et prolongement même de son précédent, cette suite permet habilement à renouer contact avec la peur, insuffle une bonne dose d’humour et d’hémoglobine, pour enfin avoir l’une des suites les plus emblématiques du cinéma de genre, saisissant, devenu culte au fil des années, ce chapitre aura la prétention d’y avoir transmis toute l’énergie d’un film de genre jamais égalé.

Conclusion
Evil Dead 2 est un concentré de gags, d'humour noir, suite logique et prolongement même de son précédent, cette suite permet habilement à renouer contact avec la peur, insuffle une bonne dose d'humour et d'hémoglobine, pour enfin avoir l'une des suites les plus emblématiques du cinéma de genre, saisissant, devenu culte au fil des années, ce chapitre aura la prétention d'y avoir transmis toute l'énergie d'un film de genre jamais égalé.
4
Note du film

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés