Soirée Midnight Collection au Max Linder

L’équipe du CinemaClubFR a eu l’immense privilège d’être invité à la soirée Midnight Collection organisée au Max Linder à Paris. Il faut dire que Carlotta Films a mis le paquet pour promouvoir sa restauration de VHS classées bis ! Un événement pendant lequel des BA ont d’abord été diffusées mais pas n’importe lesquelles : celles de films bis en VF avec un potentiel nanardesque rarement atteint. Des rires résonnent dans la salle, des acteurs déguisés en monstres viennent interagir avec les spectateurs tous présents dans l’optique de passer un bon moment (spoiler alert : ce fut le cas). Après un show de Ian Magie Gore, venu nous présenter différentes manières d’avaler des objets tranchants (oui oui), nous a été diffusé… Ninja Eliminator 4 : The French Connection !

Ninja Eliminator 4 : The French Connection

Comment parler de ce court-métrage barré sans trop le spoiler ? Disons simplement que niveau parodie, l’équipe a tapé très fort ! Définitivement rétro et reprenant les codes caractéristiques du cinéma bis, mieux vaut se caler 10mn devant Ninja Eliminator 4 : The French Connection pour se faire son propre avis.

The Exterminator : le nanar de la soirée

Le Droit de tuer, The Exterminator en VO, c’est l’un des films emblématiques de la location vidéo et une fois que le générique de fin apparait, pas de doutes sur les raisons d’un tel succès. Avec sa Midnight Collection, Carlotta Films a décidé de ravir les fans de cinéma bis avec une refonte des VHS cultes d’époque. Une idée sans doute née du grand succès que connait le genre grâce à internet et son incroyable pouvoir nostalgique. L’impatience des fans face à des annonces comme l’annonce d’un remake de Maniac Cop ou des courts comme Kung Fury en sont la preuve indéniable !  Petite chose à préciser avant de se pencher sur The Exterminator : le visionnage a eu lieu en VF pour une plongée encore plus immersif dans ce nanar hors compétition. Seconde précision : le personnage sur la jaquette n’apparait jamais dans le film… comme beaucoup de production de l’époque on constate un fossé entre le visuel et le résultat final qui prête à sourire !

Il faut le reconnaitre, malgré un budget limité, la scène d’ouverture a de la gueule. Guerre du Vietnam, le héros John Eastland, interprété Robert Ginty, se retrouve prisonnier de l’ennemi. Ginty c’est une figure emblématique des nanars, un physique au visage enfantin que la moustache de la première scène ne peut empêcher de faire rire. Revenu à New-York, un peu traumatisé, le personnage de Ginty va se mettre en tête de venger son meilleur ami agressé par un groupe de « loubards » (mon Dieu cette VF) et devenir accro à l’auto-justice. Un héros traumatisé par la guerre du Vietnam qui veut laver la ville de la racaille dans un besoin de reconnaissance ? Vous avez dit Taxi Driver ? Certes. Mais sans le talent.

The Exterminator Blu-Ray 15

The Exterminator est un enchaînement de scènes pendant lesquelles Eastland casse la gueule des méchants. Passer dans le broyeur un mafieux qui vous demande de l’aide face caméra ? Pas un soucis pour lui ! Mettre sur le même plan pédophilie et homosexualité puis aller zigouiller des macs ? Il s’en occupe. On a presque envie de dire que The Exterminator est un gros fasciste mais ce serait trop facile… Reconnaissons tout de même que la mise en scène a parfois de la gueule comme lorsque notre vigilante passe à travers un nuage de fumée dégagé par le cadavre d’un vilain qu’il vient de brûler vif.

Tous ces massacres sont ponctués par une seconde story-line hilarante dans laquelle Dalton, un policier, traque l’Exterminator pour le traîner devant la justice. Le réalisateur ajoute une romance totalement inutile entre celui-ci et une infirmière avec des dialogues à mourir de rire comme lors d’un pique-nique nocturne à Central Park !

Mais ne vous méprenez pas. Tous ces points qui semblent mauvais ne le sont pas. Le film doit être apprécié pour ce qu’il est : un pur produit du cinéma bis de l’époque. Que vous soyez amateur ou pas les chances de rester insensible à son charme sont faibles… On ne peut que remercier Carlotta Films de réhabiliter ces bijoux dont personne ne parle avec sa collection Midnight !

Bilan de la soirée

Avec Midnight Collection, Carlotta Films et le Max Linder nous ont conquis. Plus de 2h de rires nous ont accompagné et replongé en arrière, à l’époque révolue des VHS et du cinéma bis. Un gros coup de cœur pour cette communauté de fans qui ne cesse de faire revivre ce cinéma pour ne pas qu’il tombe dans l’oubli !

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés