[CRITIQUES SÉRIES] « American Horror Story : Hotel » – Mommy (5×03)

AHS Hotel 5x3.2

 

Après avoir pris deux épisodes pour introduire une grande majorité de son casting full of stars, American Horror Story: Hotel peut enfin tourner à plein régime avec son troisième épisode. Critique d’un épisode contenant stars, Lady GaGa, vampires sans nom et enfants flippants.

Après la folie et l’ingéniosité des deux premiers épisodes, American Horror Story: Hotel avait deux choix : commencer à décliner – comme ce fut le cas avec American Horror Story: Freak Showou gagner en puissance – comme ce fut le cas avec American Horror Story: Murder House. Fort heureusement pour le spectateur, Ryan Murphy a appris de ses erreurs et décide de poursuivre sur le travail déjà dégrossi. L’épisode reprend donc peu de temps après la fin du deuxième et l’orgie post-transformation en vampire buveur de sang de Tristan joué par Finn Wittrock. Deux personnages forts ont été introduit lors du dernier épisode. On a d’abord rencontré Mr March (Evan Peters), le batîsseur de l’Hotel Cortez qui avait une passion pour le massacre de personnes. Accompagné de sa bonne, il avait aménagé la fameuse chambre 64 en terrain de jeux sanglants. Il y rencontra d’ailleurs le nouveau Toy Boy de La Comtesse, Tristan Duffy. Leurs deux introductions se sont fait dans le sang et il y a fort à parier que leur sortie le sera tout autant si ce n’est plus.

Mais revenons à “Mommy”. L’épisode met de côté la violence et le sexe ambiants des premiers épisodes pour faire avancer l’histoire et les personnages. Il va  de soi que Ryan Murphy n’allait pas abandonner ce que semble être les codes de cette cinquième anthologie :  sexe, sang et rock’n’roll. Tous sont présents mais à petites doses, par touche. On est loin de l’orgie du pilot ou du bain de sang final de “Chutes and Ladders”. Bien sûr, il y a du sang, bien sûr il y a des morts mais le spectateur sait une chose : l’Hotel Cortez est une Murder House 2.0. Les morts ne sont donc jamais bien loin. Il est interressant de suivre l’arc d’Hypodermic Sally, et ce pour deux raisons. Tout d’abord, Sarah Paulson déchire tout dans le rôle de la junkie. On retrouve la Sarah Paulson d’American Horror Story: Asylum alors qu’elle s’était perdue lors des saisons 3 et 4. Ici, l’ancienne Suprême brille par son jeu et sa noirceur. Ensuite, son dernier jouet en date, Gabriel (Max Greenfield), permet de faire un gros clin-d’oeil à American Horror Story: Asylum et son arc sur Anne Frank. Le reste de l’histoire continue son petit bonhomme de chemin. Beaucoup d’arcs avancent mais il est encore trop tôt pour les évoquer, il sera plus facile de les analyser lorsque les conséquences seront connues.

A nouveau, on constate que le titre de l’épisode “Mommy” (ou “Maman” en VF) prend tout son sens avec deux personnages. D’une part du fait de la relation brisée entre Donovan (Matt Bomer) et Iris (Kathy Bates). Leur échange dans le hall est l’un des moments les mieux écrits et réalisés en termes d’échanges, sans artifice, pur et brut.  D’autre part la relation entre La Comtesse et Tristan prend un aspect maternel puisqu’elle l’éduque et le forme à sa passion : tuer et sucer de jeunes éphèbes. La Comtesse est décidément fortement présente dans cet hôtel qui ne lui appartient plus – la raison est un peu facile mais on pardonnera 10 secondes d’égarement. Et après avoir découvert sa passion pour les plans à 3, 4 et plus, son amour pour les enfants creepy et franchement flippants, on découvre son côté saphique puisqu’un dernier (?) personnage fait son entrée en la personne de Ramona Royale, jouée par la grande Angela Bassett. Leur histoire passée est passionnante et semble destinée à révèler de nouveaux secrets sur The Countess. Son entrée et ses motivations seront évoquées la semaine prochaine pour éviter tout risques de spoiler mais un mot résume le tout : TARANTINO.

“Mommy” est donc un épisode rondement mené et écrit qui confirme certaines théories, creusent des personnages et surtout ouvre certaines portes. On ne peut qu’être optimiste pour la suite en espérant que la série ne se perdra pas comme cela fut trop souvent le cas.

Promo du prochain épisode d’American Horror Story: Hotel intitulé “Devil’s Night”:

American Horror Story: Hotel - Mommy (5x03)
5

Conclusion

Un épisode comme American Horror Story en a peu. Il est brillant d’écriture, visuellement dingue et le casting semble s’éclater comme jamais. Une pure réussite sans fausse note.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés