[CRITIQUE] “The Battery”, réalisé par Jeremy Gardner

the battery affiche

Depuis que les grands studios américains proposent des suites, remakes, reboots et autres adaptations, les films d’horreur ne sont plus qu’une copie dérivée où on ajoute quelques effets nouveaux afin d’attirer le public dans les salles de cinéma. Certains réalisateurs indépendants proposent pourtant un autre regard sur le cinéma d’horreur bien terne depuis quelques années : les noms de Ti West (The House of the Devil, Innkeepers),  Jesse Holland (Yellow Brick Road), résonnent dans la nouvelle vague horrifique. Ils tentent de donner un nouveau souffle au genre en donnant aux spectateurs de nouvelles sensations. Cette année, nous ajoutons le nom de Jeremy Gardner, le réalisateur derrière The Battery, un road-movie zombiesque totalement délirant.

The Battery fait partie de ces films faits de bric et de brocs hors du circuit des grands studios. C’est avec seulement 6,000$ que l’équipe de Jeremy Gardner tente un pari très osé : réaliser un film de zombie en évitant de pomper sur ce qu’il a été fait depuis le premier film de Romero. Et c’est gagné !

the-battery-4

Jerermy Gardner ose montrer le moins de zombies possibles en insistant sur les différences des personnages et leur survie. Ben et Mickey jouent tout deux dans la même équipe de baseball, mais ne traînaient pas ensemble jusqu’à ce que leurs familles soient décimées. Ben est le leader du groupe, la tête ; Mickey est le rêveur gardant à la moindre occasion son casque sur ses oreilles. Ces deux vies n’ont plus qu’à coopérer pour éviter de se faire bouffer le cerveau par des zombies !

Durant la première demie-heure, le film est construit comme une succession de tranches de (sur)vie du duo. On les découvre chercher de la nourriture, trouver du confort et se poser des questions sur ce qu’il se passe réellement autour d’eux, offrant un peu d’humour noir. La seconde partie du film tombe dans le huit-clos particulièrement jouissif qui n’a jamais été réalisé dans le genre jusqu’à un climax des plus difficiles.

the-battery-1

The Battery réussit son pari en écrivant des personnages attachants et en évitant la surdose de sang et de zombies : tout est suggéré et cela fait du bien. Lié à une bande-originale éclectique, une photographie irréprochable et un duo d’acteurs parfait, The Battery est le film de zombie de l’année.

 

The Battery
5

Conclusion

Oubliez World War Z et The Walking Dead, si vous voulez un film de zombies, le voilà !

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés

Plus d'articles
Countdown de Justin Dec – Critique