[CRITIQUE SÉRIES] « American Horror Story: Hotel » – Room 33 (5×06)

AHS Hotel 5x06.1

L’Hotel Cortez dévoile une nouvelle pièce. The Countess dévoile un pan inexploré de son passé. Deux ex-amants décident de prendre leur revanche et Liz Taylor tombe amoureuse de la mauvaise personne.

FX avait un défi à relever avec la cinquième saison de sa série horrifique American Horror Story : compenser le départ de Jessica Lange, figure iconique des quatre premières saisons, et trouver un nouveau souffle après un Freak Show qui a divisé les fans. Et il semblerait que le pari ait été relevé. American Horror Story: Hotel dévoile des audiences supérieures à celles de l’an passé et Lady GaGa a réussi à rendre moins triste le départ de Jessica Lange. Il n’est donc guère surprenant que FX ait décidé de renouveler son hit-show pour une sixième saison. Prévue pour 2016, peu de détails ont fuité sur cette saison. On évoque deux saisons par an, des spin-off, une ultime saison, un retour de Jessica Lange… En attendant d’avoir des informations (et plus encore), il est temps de se pencher sur le sixième épisode du cru 2015 intitulé “Room 33”.

L’Hotel Cortez est décidément un hôtel où il ne fait pas bon de résider. On risque d’y mourir rapidement et, souvent, dans d’atroces souffrances. L’avantage est qu’on revient à la vie pour rester bloquer au sein de l’hôtel. Ce n’est un secret pour personne sauf pour les deux touristes suédoises du pilot qui reviennent tout feu tout sang. On nous introduit une nouvelle pièce, la chambre 33, mais, comme souvent dans cette saison, le lieu n’a guère d’importance dans la mesure où ce qui compte est ce qu’y font les personnages. Le spectateur est presque à mi-parcours de cette saison cinq et les arcs restent les mêmes : la vie de The Countess et la traque du tueur.

Si la traque est présente mais en filigrane, la vie de La Comtesse est bel et bien là. C’est une créature qui suce le sang et aime soigner les âmes en peine, elle est fauchée et cherche un sugar daddy pour sauver son hôtel, une petite orgie ne la rebute pas… On a l’impression d’avoir fait le tour de sa personnalité mais Ryan Murphy en a encore sous le capot pour elle. L’épisode s’ouvre donc sur une scène très rétro nous plongeant de le Los Angeles de 1926 où on retrouve avec une certaine émotion la Murder House de la première saison et son occupant de l’époque : le docteur Charles Montgomery qui pratique des avortements illégaux. On notera la petite référence sur la personne qui a recommandée le docteur à La Comtesse. Celle-ci semble vivre une grossesse étrange et donne naissance à une créature qu’on peut espérer revoir par la suite. Néanmoins, pour la première fois en six semaines de diffusion, Lady GaGa laisse paraître des faiblesses dans son rôle de grande prêtresse de l’Hotel Cortez.

Faiblesse, il en est question avec le deuxième personnage le plus intéressant de la saison : Liz Taylor, incarnée par Denis O’Hare. Depuis le départ, l’acteur vole la vedette de ses petits camarades et cette semaine, il a encore poussé les capacités de jeu. Liz a trouvé l’amour, le vrai mais malheureusement, son partenaire est sous la coupe d’un personnage marquant. L’épisode s’attarde donc sur sa tentative de régler la situation avant une issue qui pourrait être la meilleure pour eux. Le troisième arc de l’épisode s’attarde sur Donovan et Ramona et leur vengeance envers La Comtesse. L’ensemble se révèle un peu faible et viens réduire l’impact de leur action.

American Horror Story: Hotel continue de se maintenir tant dans sa réalisation que son histoire, en espérant que cela continue la semaine prochaine avec un septième épisode intitulé “Flicker” :

American Horror Story: Hotel - Room 33 (5x06)
4

Conclusion

Un nouvel épisode encore riche en informations, révélations et intrigues qui permet à Lady GaGa et Denis O’Hare de dévoiler les fêlures de leurs personnages.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés