[CRITIQUE] « I am a Ghost », réalisé par H.P. Mendoza

I am a Ghost affiche

Les journées d’Emily se suivent et se répètent inlassablement. Prisonnière d’une demeure victorienne, elle apprend par l’intermédiaire d’une médium qu’elle est en réalité un fantôme. Ensemble, elles vont tenter de trouver le moyen pour Emily de passer « de l’autre côté ». Une démarche qui lèvera le voile sur de sombres et effrayants secrets…

Dans ces temps où le tout Hollywood nous glisse à l’oreille d’aller se faire encul** pour trouver un film d’horreur à la fois original et glaçant, les vrais cinéphiles de genre s’en vont à la recherche de pépites trouvées sur le net puisque c’est grâce à des distributeurs indépendants étrangers que les surprises se trouvent. C’est le cas avec I am a Ghost du réalisateur H.P. Mendoza, qui signe ici un film à la fois brutal et atypique.

i am a ghost photo

Pour son premier long-métrage, Mendoza s’attaque à un sous-genre bien particulier du registre de l’horreur : la maison hantée et l’horreur à la sauce nippone. Mais ce qu’il entreprend est assez novateur, les éléments génériques du film d’entités sont bousculés et Mendoza dirige une nouvelle approche du film d’épouvante habituel. Il n’articule pas son film autour d’un personnage principal célibataire ou une famille en proie à des événements paranormaux, il va plus loin en faisant d’Emily, son personnage principal, un fantôme.

Avec un parti pris sur le style, autant particulier qu’hors-norme, le cadrage rappelant celui du View-Master, et le montage qui répète inlassablement les scènes clés du film, I am a Ghost est un film qui renouvelle un genre en perte de souffle. Basculant entre l’horreur et le drame, H.P Mendoza propose un film mélangeant la complexité d’un Kubrick et l’intelligence d’un bon Hitchcock. 

Avec son ambiance soignée grâce à une photographie sublimée, et des sonorités glaçantes, H.P. Mendoza réussi un coup de maître en jouant avec la mort au sens propre du terme. La mort : un éternel recommencement. 

I am a Ghost
5

Conclusion

H.P. Mendoza est un véritable maître de l’horreur puisqu’il bannit les codes du cinéma de genre habituels et propose un film schizophrénique. Une oeuvre d’art. Amis distributeurs français, c’est à vous de jouer.

* le téléchargement illégal est illégal, donc, ce n’est pas bien. Le film est disponible légalement sur iTunes.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés