[CRITIQUE CLASH] «Insidious: Chapitre 3», réalisé par Leigh Whannell

Insidious Chapitre 3

Parce qu’elle a l’impression que sa mère défunte cherche à entrer en contact avec elle, la jeune Quinn Brenner se tourne vers Elise, un médium qui possède un véritable don mais refuse de l’utiliser depuis la tragédie qu’elle a vécue autrefois. Lorsque Quinn est attaquée par une entité malveillante, Sean, le père de la jeune fille, supplie Elise de les aider. Secondée par deux parapsychologues, Tucker et Specs, Elise accepte alors de tenter d’entrer en contact avec les morts. Forcée de s’aventurer dans les tréfonds de l’au-delà pour protéger Quinn, Elise va affronter le pire ennemi qu’elle ait jamais rencontré : un démon dévoreur d’âmes…

Critique de Thomas: POUR

Insidious: Chapitre 3 n’est pas seulement un excellent film d’épouvante, c’est aussi un film astucieux, parfois drôle et qui parvient même à émouvoir le spectateur. De quoi en faire une oeuvre réussie. La principale force de ce troisième opus est de corriger les défauts du second chapitre, tout en gardant les qualités du premier film.

Tout d’abord, la trame scénaristique de cet opus parvient à rester simple, ce qui contraste avec l’intrigue plutôt bordélique du second film. La saga revient à un schéma plus classique en se concentrant sur une seule et unique histoire, qui n’en demeure pas moins efficace. Le film, doté d’une atmosphère angoissante, enchaîne les scènes plus flippantes les unes que les autres grâce à une bonne mise en scène et une tension maintenue de bout en bout. Cependant, cela n’empêche pas au film de contenir quelques pointes d’humour, notamment grâce au duo Angus Sampson et Leigh Whannell (qui est aussi le réalisateur), incarnant tous les deux le comic-relief du film.

Ce troisième chapitre introduit une nouvelle entité: “L’Homme Qui Ne Peut Pas Respirer”. Succédant au démon au visage rouge et à Parker Crane, ce personnage incarne l’antagoniste du film et cela avec brio. Vêtu d’une blouse d’hôpital et arborant un masque respiratoire, il offre au film son lot de frissons et de scènes cauchemardesques. Caractérisé par une gesture très lente et une allure rachitique, aucun détail n’est donné à propos de son origine, ce qui le rend d’autant plus mystérieux et effrayant (moins on en sait, mieux c’est).

Grâce à un casting convaincant, les personnages parviennent à être attachants (notamment Stefanie Scott, qui interprète le personnage principal), ce qui donne lieu à un final très émouvant, chose trop rare dans les films d’horreur pour ne pas en parler. La photographie est aussi très réussie et permet de créer des images effrayantes en utilisant des lieux (comme le théâtre du film ou encore les couloirs), des lumières ou encore des zones d’ombre d’une façon intéressante.

La saga Insidious redore son blason grâce à ce chapitre très réussi, qui peut se vanter de rivaliser avec le premier film. La mise en scène efficace nous plonge dans un cauchemar d’1h40 bien rythmé et surtout riche en sensations.

insidious-chapter-3-6144x4096-best-movies-of-2015-stefanie-scott-5465

Critique de Charline: CONTRE

Avec ces films d’horreur à la chaîne, on n’apprend à ne plus rien d’attendre d’exceptionnel de ces énièmes histoires de possessions. Les grandes surprises se font rares et les bons divertissements horrifiques se comptent sur les doigts d’une main. Car, il est vrai que le premier volet d’Insidious avait son lot de frayeur avec une bonne et simple histoire de possession auprès de personnages attachants. L’idée était bien traitée et savait donner de la valeur à l’histoire. Mais maintenant on le sait, avec ces premiers volets qui ont du cachet et ce désir de revenir aux sources en offrant un prequel revenant sur les origines, les franchissent perdent toute authenticité et c’est le cas avec Insidious, Chapitre 3.

Dans ce nouveau chapitre, on retrouve la médium Elise, interprétée par Lin Shaye, ainsi que les deux chasseurs de fantômes (Angus Sampson et Leigh Whannell, réalisateur de ce troisième volet) prêts à faire face à ce nouvel esprit qui tente d’aspirer la jeune Quinn au plus profond de l’ombre.

Les événements prennent un bon quart d’heure avant de se mettre en place et en sont presque identiques à ces introductions à la The Conjuring, Annabelle et compagnie. Un réel ennui qui n’apporte rien d’innovateur pour une histoire de possession. Encore une fois, les idées se répètent des volets précédents et manques d’originalité. Un scénario sans éclats qui s’anime malgré tout par ce monde “parallèle” hanté par ces caractères tout aussi perturbants les uns que les autres. Et davantage, cet esprit sous masque respiratoire qui est l’objet le plus impressionnant du film (et clairement bien plus inquiétant que la vieille dame du premier volet).

Insidious 3 est finalement un film comme les autres qui traitent de ce même sujet de possession : histoire banale, acteurs moyens, scènes prévisibles et scénario sans éclat. Même si il est agréable d’en apprendre un peu plus sur le passé d’Elise et sur la formation du trio, ce troisième volet n’apporte strictement rien de plus à la franchise. Un avis plutôt médiocre assurément influencé (encore une fois) par un public perturbateur qui n’a qu’empiré ma séance de cinéma.

  • Thomas
  • Charline
2.3

Conclusions

Thomas: Insidious: Chapitre 3 réussit son pari et offre 1h40 de frissons garantis, grâce à un scénario plus simpliste et efficace, une mise en scène soignée et un casting convaincant. Aussi bon que le premier film.

Charline: Insidious: Chapitre 3 est finalement un film comme les autres qui traitent de ce même sujet de possession par une histoire banale mené par des acteurs non attachants.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés