Another Heaven de Joji Iida – Critique

Deux flics de Tokyo enquêtent sur un assassinat macabre: après avoir tué la victime, le meurtrier coupe son crâne et cuit son cerveau dans un ragoût. Alors qu’ils tentent de traquer le tueur, ils découvrent que tout le monde est un suspect. Vont-ils mettre fin à cette terreur ?

Ring, Battle Royale, Ju-On: The Grudge et les excellents remakes qui vont avec… L’efficacité de la J-Horror et sa popularité internationale ne sont plus à démontrer. Or comme dans tout cinéma, il arrive de tomber sur des films inconnus ou presque au bataillon, des pépites de genre qui n’attendent que d’être déterrées nous explosant de qualité insoupçonnée au visage au passage. Another Heaven (Anaza Hevun) est de celles là.

Quant à son réalisateur et scénariste japonais Jōji Iida, c’est un touche à tout (film, tv, manga…) orienté vers la science-fiction et l’horreur. Il a notamment réalisé la première adaptation du roman Ring de Koji Suzuki en téléfilm ainsi que sa suite, dérivée ensuite en une série de 13 épisodes beaucoup mieux notée que le dit film à en croire IMDB, intitulée Rasen (ou The Spiral outre-Atlantique), toutes deux devancées populairement par les versions d’Hideo Nakata (clignez une fois des yeux si vous avez tout compris).

Mais c’en est assez de remuer le couteau dans la plaie car Another Heaven dont il est question ici, est une série-b de 2h10 curieuse et déconcertante, qui mériterait de gagner ses galons dans les hautes sphères de l’horreur nippone.

Comme résumé ci-haut, le film commence sur la découverte d’un crime sordide : un cadavre au crâne soigneusement découpé dont le cerveau est en train de cuire dans une marmite, diffusant une délicieuse odeur de poulet dans toute la pièce. Rien d’amusant là dedans, pourtant cette scène qui a tout pour donner des haut-le-cœur aux enquêteurs (ce qui se produit) comme aux spectateurs est inopinément tournée en dérision à coup de blagues culinaires tout en gardant des airs sérieux. C’est à partir de cette première tournure inattendue (car il y en aura d’autres) qu’Another Heaven s’impose comme un OFNI (pas un Objet Flottant Non-Identifié. L’autre traduction.) et il n’arrêtera pas jusqu’à rendre son dernier souffle.

Thriller, horreur, policier, science-fiction… Autant de genres s’y retrouvent mélangés dans une très grande complémentarité, donnant à plusieurs reprises des scènes et une violence auxquelles on ne s’attend pas. Ce ton, cette étrangeté constante est ce qu’Another Heaven a de plus fort. Une ambiance liée à une intrigue qui ne sont pas sans rappeler Memories of Murder dans ce qu’il a de plus fou, associé à une histoire digne de L’Invasion des profanateurs de sépultures.

Toujours réaliste même lorsqu’il fait ses écarts inattendus, c’est aussi ce qui fait son sel. En effet, on a un réel attachement aux personnages aussi nombreux soient-ils, principaux ou secondaires (Miwako Ichikawa est incroyable), rendant Another Heaven davantage improbable puisqu’il vacille du burlesque au sérieux sans presque jamais être ridicule. Presque, car on pourrait tout de même lui reprocher quelques maladresses, parmi lesquelles des ambitions philosophiques contradictoires à la violence que le film met en scène et une image de la femme tantôt misogyne, tantôt moderne.

Another Heaven de Joji Iida – Critique
Conclusion
Ce n'est pas le premier nom qui nous vient quand on pense j-horror ou thriller nippon, mais si vous avez 2h10 à tuer, c'est bien devant cette petite perle sortie en 2000 qu'il faudra les passer.
Note des lecteurs0 Note
4
Note du film

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 38 autres abonnés

VOTRE DOSE QUOTIDIENNE D'HÉMOGLOBINE DIRECTEMENT DANS VOTRE BOÎTE MAIL

Saisissez votre adresse e-mail pour être informé des dernières infos sur vos films d'horreur préférés !