[CRITIQUE SERIE] «American Horror Story» – 06×01

ahs6-01

Après des mois d’attente et de rumeurs, American Horror Story a mis fin au suspense. La série événement de FX a fait son grand retour hier soir et a dévoilé son thème, une partie de son casting et l’histoire que l’on va suivre sur plusieurs semaines. Pour éviter tout risque de spoilers, la critique de ce premier épisode sera spoiler-free, nous ne révélerons le thème et le contenu qu’à compter de la semaine prochaine.

Néanmoins, ce Chapter One contient de nombreuses indications sur la dernière idée folle de Ryan Murphy et Brad Falchuck. Le début de l’épisode se base sur une mode actuelle dans les séries et le cinéma : les confessions face caméra. Quelle meilleure façon de lancer une saison mystère en le prolongeant le mystère ? L’occasion est donnée en moins de 3 minutes de voir deux des actrices emblématiques du show : Sarah Paulson et Lily Rabe. Si le rôle de la seconde est assez simple, celui de la première se révèle complexe à la vision de ce premier épisode. On sent un rôle dur et puissant pour celle qui est, au final, la vraie muse de Ryan Murphy.

Ce premier épisode surprend par sa structure visuelle (reconstitution et montage façon docu-fiction) mais aussi par son contenu. Chaque année, il y a le petit jeu de connaître le thème et, soyons honnête, après la maison hantée, l’hôpital psychiatrique, les sorcières, le freak show et les vampires/tueurs/esprits/démons lubriques, il ne restait plus grand chose à Ryan Murphy. Les fans d’horreurs s’y attendaient et ils ont choisi le dernier aspect de l’horreur pas encore traité.  On découvre quelques acteurs de retours. Outre Sarah Paulson et Lily Rabe, on croise au détour d’un mouvement de caméra Kathy Bates, Angela Bassett et même un petit nouveau Cuba Gooding Jr qui a fait ses armes murphiennes avec American Crime Story : The People VS O.J. Simpson. La série risque d’en dérouter plus d’un car ses rumeurs de casting laissaient présager d’un casting bien fourni et en fait, cela ne sera pas le cas. On retrouve des nouveaux et des anciens mais le côté docu-fiction réduit les rôles.

Ce premier épisode était un mystère complet, nous n’allons pas dévoiler le thème ou l’histoire de cet épisode. On s’aperçoit assez vite que la saison 6 semble destinée à un être une saison best-of pour la série anthologique de FX. Cela n’est pas péjoratif mais on retrouve des marginaux comme dans American Horror Story : Freak Show, des esprits comme dans American Horror Story : Hotel et même une maison inhospitalière comme dans American Horror Story : Murder House. La série se déroulera sur différentes époques, cela avait été annoncé mais ce premier épisode se déroule dans une période proche de nous.

Ce pilote montre que la série va en avoir sous le coude mais on reste un peu sur sa faim dans la mesure où beaucoup d’éléments et d’acteurs sont encore cachés. American Horror Story n’a jamais fait dans la dentelle mais a souvent essayé d’attirer le spectateur avec des premiers épisodes forts ou marquants. Celui-ci change car il apparaît comme calme et posé même s’il contient sa dose de WTF. On retrouve beaucoup d’éléments proches de la première saison – qui fût la plus cohérente à mes yeux – et l’avenir dira si la série va souffrir de cette filiation ou s’en éloigner au plus vite.

La réalisation n’apporte rien de neuf hormis le montage façon témoignages. Néanmoins Ryan Murphy aime Sarah Paulson et cela se sent. Ses scènes sont lumineuses et il semblerait qu’après avoir été une droguée perverse, une lesbienne violée et une sorcière aveugle, le prolifique scénariste ait décidé de ne pas trop l’abîmer. Si l’histoire semble proche de Murder House, la réalisation ressemble à celle de Coven. On trouve des plans posés, de la lumière et un grain moins sombre et saturé que dans les autres saisons.

Après une campagne marketing absente et présente à la fois, avec une structure et un casting minimaliste, ce premier épisode permet à American Horror Story de muter et changer pour le meilleur… ou pour le pire ? Réponse dès la semaine prochaine.

American Horror Story - Chapter One (06x01)
3.8

Conclusion

American Horror Story révèle son thème et dévoile ses premières infos dans un premier épisode assez calme mais il vaut mieux se méfier de l’eau qui dort… surtout dans le petit monde de Ryan Murphy.

Balance ton commentaire

Suivez-nous sur facebook

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 34 autres abonnés