Pourquoi la saga X-Men est un monument de la Pop Culture

No Comment

Cette semaine est sorti en salle Logan, dernier opus d’une saga visionnaire annonciatrice de l’avènement de l’ère super-héroïque, il y a déjà 17 ans. L’occasion de revenir sur une série de films qui a marqué l’histoire de la Pop Culture par sa dimension visionnaire.

En 2000 sort X-Men, réalisé par Bryan Singer, premier film « moderne » de super-héros, mettant à profit les nouvelles techniques numériques pour raconter l’histoire d’une troupe de mutants, rejetés par la société, mais qui s’unissent sous la coupole d’un sage, le Professeur X, pour sauver l’humanité. Le succès est au rendez-vous, et relance l’intérêt des studios pour les films de super-héros.

X-Men devient donc la première saga super-héroïque moderne, mais surtout la plus longue : 10 films produits sur une durée de 17 ans. Mais ce qui est le plus intéressant, c’est de voir à quel point la saga a toujours été en avance sur son temps, et a bien souvent donné le « la » sur les tendances en matière de films de super-héros.

Ainsi, avec le premier X-Men, Bryan Singer fait le pari d’inscrire les célèbres mutants dans une histoire contemporaine, sombre, notamment en mettant en scène le calvaire d’un enfant  juif séparé de ses parents durant l’horreur de l’holocauste. Dès les premières minutes, Singer avertit le spectateur : ce sera bel et bien un film adulte, ancré aussi bien historiquement que politiquement, avec un discours fort sur la différence et l’acceptation de l’autre. Il n’hésite pas non plus à trahir le matériau original pour mieux le transcender : exit les combis en lycra jaune canaris, les mutants de Singer sont des soldats en combinaison tactiques noires, prêts à en découdre. Cette vision plus « réaliste » moins cartoon des comics, à l’opposé des Superman et des derniers Batman des années 90, bouleversera la vision d’Hollywood sur l’adaptation des comics au cinéma, et leur permettra, sans doute, de valider des films aussi surprenants que définitifs comme la saga du Dark Knight de Christopher Nolan.

En 2003, X-Men 2 confirme l’essai avec à nouveau un film surprenant, qui continue à filer la métaphore historique : traque des individus « différents », les mutants, par le gouvernement, recherche d’une solution finale pour tous les tuer, l’affrontement aussi bien intellectuel que physique entre Charles Xavier, révolutionnaire pacifiste et son antagoniste et ami, Magnéto, rebelle prêt à utiliser la violence. On pense bien sûr au désaccord qui opposait Martin Luther King et Malcom X durant la lutte pour les droits des afro-américains dans les années 60.

Mais, de son côté, Hollywood multiplie les films super-héroïques, tout en restant fidèle à son adage « toujours plus ». L’heure est à la surenchère. Bryan Singer est évincé, et remplacé par Brett Rattner, simple faiseur, pour un dernier film qui se prête au jeu du spectaculaire : explosions, combats épiques sont au rendez-vous pour un divertissement sympathique mais à des kilomètres de l’intelligence des précédents opus.

Et alors que la plupart des studios lancent tous leurs sagas super-héroïques, la FOX et ses X-Men a un temps d’avance. Elle a déjà bouclé une trilogie et, la première, fait le pari du spin-off avec, à la clé, un univers partagé par plusieurs personnages à travers plusieurs films. Du quasi jamais vu. En 2009, Gavin Hood réalise X-Men Origins : Wolverine. Mettant en avant un personnage emblématique de la trilogie : Logan, incarné avec brio par un Hugh Jackman adulé des fans. Mais le film se perd durant une production difficile, émaillée de piratage en ligne avant même la sortie du métrage. La FOX lâche prise et le film est une déception critique et publique, alors que l’année précédente, des films comme The Dark Knight explosent tout au box-office. Le studio prend peur et annule pour un temps ses projets de films centrés sur des personnages, pour se concentrer sur un hypothétique reboot de la saga X-Men. Pire encore, il perd son avance quand le Studio Marvel annonce en grande pompe son Avengers qui initiera le premier « Univers Partagé Cinématographique », nommé le Marvel Cinematic Universe (MCU).

La FOX décide dès lors de se démarquer des productions Marvel pour prendre plus de risques en changeant encore leur fusil d’épaule : le studio lance X-Men First Class, un film historique se passant dans les sixties, période des comics originaux. Une première dans le nouveau « boum » du cinéma super-héroïque. Le film emballe la critique et relance la franchise pour de bon, avec un cross-over événement réalisé par le papa de la saga, Bryan Singer, X-Men Days Of Futur Past, sorti en 2014. Rassemblant les personnages des nouveaux films et de la trilogie originale, le film est un succès.

Le phénomène Deadpool, sorti en 2016 ne fait que confirmer que la FOX est le studio le plus innovant en matière de comic book movie, puisqu’il présente un film violent (le fameux Rated R, interdit au moins de 16 ans) qui est une oeuvre méta et drôle avec un ton unique. Une première pour un film de super-héros.

Ce qui nous amène finalement à Logan. Véritable chant du cygne dédié au personnage iconique de la saga, Wolverine, Logan offre à nouveau une nouvelle vision du film de super-héros. Véritable western, ultra-violent et intimiste, Logan est une claque et confirme que le genre a encore une vraie capacité à se renouveler et à conjuguer à son ADN de base de nombreuses nouvelles influences.

Si l’avenir de la saga X-Men est encore bien nébuleux, il est passionnant de voir à quel point la franchise résume à elle seule le boum de ce genre à part, symbolique du cinéma de ce début de XXIème siècle. Voir un film X-Men, c’est comprendre d’où ce genre vient et pourquoi il est si cher à tous les amateurs de blockbuster, et finalement pourquoi il a tant d’importance dans la Pop Culture.

Contribution de Quentin Deleruelle @QuentinDeleruel

Balance ton commentaire

Back

FILMS D’HORREUR ET POP-CULTURE

Votre dose quotidienne d'hémoglobine. Des films d'horreur aux séries TV, en passant par la pop-culture, nous décryptons l'univers horrifique à travers des vidéos et créations originales dénichées par notre rédaction | LA TEAM CCFR | CONTACT | MENTIONS LÉGALES

SHARE

Pourquoi la saga X-Men est un monument de la Pop Culture