[CRITIQUE SERIES] « The Walking Dead, Saison 8B » – Le bilan de fin de saison

No Comment

Suite au décès de Carl, l’équipe de Rick décide d’annihiler Negan et ses Sauveurs. Heureusement, Negan a la même idée de massacre…

Cette huitième saison fut la saison de tous les dangers pour The Walking Dead. Une chute drastique des audiences, un enlisement scénaristique et le départ d’un voir deux piliers historiques du show d’AMC. L’information est tombée en amont du final : un changement de showrunner est prévu pour la saison 9 et les derniers épisodes sont non-seulement une conclusion à l’arc des Sauveurs mais aussi aux huit premières saisons de la série. Qui dit conclusion dit fin mémorable, ou pas.

La huitième saison – sous-titrée All Out War – mettait en scène l’affrontement tant vendu et attendu entre Team Rick et Team Negan. Si l’action était là, elle a été, comme toujours avec cette série, diluée dans des scènes oscillant entre non-intérêt et longueur. Bien sûr, il y a eu des moments épiques et émouvants tout au long de la saison : la mort de Carl (Andrew Lincoln l’appelant Coral va nous manquer #sadfaceemoji ), l’ultime combat de Shiva, les différents massacres, les trahisons… Le problème étant que ces moments sont majoritairement intervenus dans la première partie de la saison, la seconde partie se contentant de placer ses petits cailloux vers la conclusion.

On a ainsi vu l’arc de Rick et Negan se développer pour mieux se conclure suite à l’épisode 9 appelant ainsi une fin fade, convenue et non-nécessaire. Certains personnages secondaires se sont retrouvés au-coeur d’intrigues inutiles (Gabriel), prévisibles (Eugene) ou toujours peu utiles au-sein de la série (la décharge). Le pire étant Morgan qui a quitté The Walking Dead pour rejoindre le spin-off Fear The Walking Dead. Depuis son introduction, les scénaristes ne savent pas quoi en faire : il a été allié de Rick, puis une sorte de morale avant de se transformer en danger, en mystique et en guerrier shaolin. Débarrassée de lui, The Walking Dead peut prendre un nouveau départ et c’est le coeur de l’épisode final. Et c’est là où le bât blesse. Car deux ans de combats, tensions et massacres soldés en 10 minutes pour offrir la conclusion la plus longue d’une série TV est assez irrespectueux des spectateurs (ceux qui sont restés du moins). On joue la carte du soft-reboot en replaçant les zombies au-coeur du récit (sauf s’ils sont autre chose ?!?!) et en dessinant de nouvelles lignes de conflit.

On notera que si la série a trouvé un rythme de croisière scénaristiquement parlant, il en est de même pour la réalisation. Alors que les séries approchant d’une conclusion joue la carte de la surenchère en tentant des expériences visuelles (Lost, Game Of Thrones), The Walking Dead se contente de filmer platement avec des moments gênants de sur-jeu ou de non-jeu, c’est selon. On notera une amélioration de l’aspect des marcheurs qui deviennent de plus en plus décrépis et ne seront bientôt que l’unique raison de continuer à suivre la série.

Après huit saisons, The Walking Dead a entamé son déclin et espère en trouver la conclusion dans cette deuxième partie de saison. Une saison 9 avec des changements sera bienvenue, à commencer par les scénaristes.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SERIES] « The Walking Dead, Saison 8B » – Le bilan de fin de saison