[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – The Return Part IX/Part X (Saison 3)

No Comment

Après l’agression de Doogie, la police enquête sur cet homme étrange. Le FBI continue sa recherche de Dale Cooper. Twin Peaks voit sa « quiétude » troublée.

Après un épisode 8 qui laissera des traces, Twin Peaks est revenue pour amorcer la fin de sa diffusion. David Lynch et Mark Frost proposent deux épisodes plus calmes et moins torturés qui permettent de faire avancer l’histoire tout en développant leur mythologie.

Il est certain que Twin Peaks n’a jamais été dans l’urgence et c’est pourtant le sentiment qui domine dans ses épisodes pivots. Les intrigues avancent, les personnages se creusent et le monstre de création de Lynch laisse entrevoir des bouts de réponses. Si l’un des arcs principaux – le retour de Dale Cooper – reste aussi lent et frustrant, on note des éléments disséminés ça et là qui rappellent l’agent spécial. L’épisode 9 l’illustre parfaitement lors de l’interrogatoire avec ce trio plutôt comique de la police; le café et la prise électrique font un retour en force. Il en est de même dans l’épisode 10 qui aborde l’aspect physique de Doog/Cooper. Le FBI est omniprésent cette saison avec l’enquête de Gordon et de Cole. On sent un plaisir de jeu entre Miguel Ferrer et David Lynch. Leurs échanges et scènes sont toutes jouissives et hilarantes à souhait mais avec cette touche de mélancolie propre à Lynch. Rajoutez à la dynamique le personnage de Laura Dern qui mélange le tout et vous obtenez le meilleur buddy movie depuis des années.

Les deux arcs secondaires concernent Bob qui est toujours dans son espèce d’odyssée. Il est rejoint dans sa cavale par Tim Roth et Jennifer Jason Leighon ne soulignera jamais la puissance du casting de cette saison. Ce couple de rednecks devrait avoir plus d’importance dans la suite de la saison. Leur scène est un exemple de jeu et de mise en scène puisqu’on ne retient ni les dialogues ni la réalisation mais la présence d’un mystérieux paquet de friandises. Dans Twin Peaks, tout est sujet à débats et échanges, même un paquet de Cheetos. Si les routes sont séparées, Gordon et Bob seront amenés à se recroiser; l’un rappelant un Blue Rose Case à l’autre.

Mais Twin Peaks ne serait pas Twin Peaks sans Twin Peaks. Le cœur des épisodes réside dans cette petite ville et c’est là que brille cette troisième saison. Pourquoi ? Tout simplement parce David Lynch opère le reboot de Twin Peaks – Fire Walk With Me en toute discrétion et avec le même casting. Il replonge dans cette jeunesse dorée et perdue qui se consume dans la drogue et la musique. On notera que les performances finales se rapprochent de plus en plus de sa filmographie comme le lien entre l’épisode 10 et Mulholland Drive. L’arrivée de la violence et de la mort vient choquer ce petit monde. 25 ans après, on a le sentiment que Laura Palmer a marqué les esprits sans les marquer dans un pur esprit américain.

Twin Peaks continue son petit bonhomme de chemin, en surprenant le spectateur, en prenant des chemins différents mais dans un but avoué : enrichir la mythologie tout en respectant la création originelle.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – The Return Part IX/Part X (Saison 3)