[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – The Return Part VII/Part VIII (Saison 3)

No Comment

Une surprise attend Cooper et Janey-E dans les locaux de Lucky 7. Pendant ce temps, Gordon et Albert demandent l’aide d’une vieille connaissance pour élucider le mystère de Cooper/Bob.

David Lynch continue son petit bonhomme de chemin avec la troisième saison de Twin Peaks. Le prolifique réalisateur suit sa vision en proposant deux épisodes opposés mais majeurs dans la continuité.

L’épisode 7 est un épisode classique dans sa forme et dans le fond. On suit les deux agents du FBI, Gordon Cole et son fidèle Albert, dans leur enquête sur le doppelgänger de Dale Cooper. Suite au piétinement de leurs investigations. Ils demandent l’aide de Diane qui fait – enfin – son entrée dans l’univers de Lynch. Ex-secrétaire de Dale, ex-amante, elle sera celle qui les aidera à démêler le vrai du faux. Que dire de son interprète sinon que le choix était évident. Laura Derncar c’est d’elle dont il s’agit – est l’actrice phare de David Lynch. Elle signe en 2017 un retour triomphal entre son entrée dans Twin Peaks, son doublage dans F is for Family ou son apparition dans le prochain Star Wars. L’actrice est au sommet de son jeu et de sa beauté. Elle a la froideur chère à Lynch qui lui sert des dialogues forts et marquants. Sa première confrontation avec Gordon et leur dernier échange montre un réel plaisir de jeu entre les deux amis. Son importance devrait croître notamment avec les dernières scènes. Le reste de l’épisode est similaire aux autres avec une dose de mystère, des avancées autour de Dale Cooper à Twin Peaks et un Doogie qui commence à se transformer. Lynch continue son odyssée sans sembler vouloir dévier d’un iota.

Avant d’évoquer l’épisode 8, il convient de prévenir que les équipes de production ont décris cet épisode comme le plus fou jamais fait et comme une chose jamais réalisée auparavant par David Lynch. Et c’est le cas. Passé une introduction en suite direct de l’épisode 7, David Lynch lâche un gros délire de sons et d’images interconnectés. Tour à tour entièrement en CGI, parfois dans un style rétro, il relie des arcs narratifs entre eux. L’explication de Bob est donnée, de même que la véritable nature de Laura Palmer. Le réalisateur apporte sa vision de la religion et du Bien et du Mal dans une séquence onirique que Terrence Mallick ne reniera pas. On notera la séquence musicale, exceptionnellement située au milieu de l’épisode, qui est une interprétation du groupe Nine Inch Nails mené par Trent Reznor. Il est assez difficile d’évoquer cet épisode tant on a le sentiment d’avoir vu une chose à part, hors du temps. La suite devra prouver que Lynch a fait plus que laisser libre court à son imagination.

Une ultime image de Laura Dern dans Twin Peakson n’a jamais assez de Laura Dern dans la vie – alors que la saison arrive à son milieu et qu’on a qu’une seule envie : que cela continue encore et encore …

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – The Return Part VII/Part VIII (Saison 3)