[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – Fin de saison (Saison 3)

No Comment

Le FBI se rapproche de Dale/Bob/Dougie. Twin Peaks voit son quotidien bouleversé.

25 ans après, David Lynch et Mark Frost ont tenu leur promesse : conclure leur série Twin Peaks. C’est désormais chose faite avec classe et respect de la mythologie. Critique des cinq derniers épisodes de la saison 3 événement.

Cette saison 3 de Twin Peaks fut composée de 3 morceaux distincts et liés : le double-épisode introductif suivi de 14 épisodes destinés à mener au double-épisode final. Les épisodes 14, 15 et 16 avaient donc une double-tâche : clore des arcs pour mener au final. Sauf que dans le monde de Lynch et Frost, rien ne se passe comme prévu. Là où la plupart des shows auraient plié les arcs mineurs en quelques scènes vite troussées, la série prend son temps pour supprimer des personnages. Elle se paye même le luxe de résoudre des mystères datant de Twin Peaks – Fire Walk With Me (coucou David Bowie) tout en organisant le moment attendu de tous : le retour de Dale Cooper. Ou plutôt son deuxième retour. La scène était teasée au possible depuis la reprise de la série mais elle aboutit au dernier moment de l’épisode 15. Tout était calculé et calibré pour arriver à ce moment de pure folie. D’autres personnages voient aussi leurs destins se réaliser. On aura une pensée émue pour Laura Dern qui jusqu’au bout aura été l’un des rouages majeurs de la série mais aussi Audrey ou encore la famille de Dougie. Dialogues ciselés et action signeront le départ de certaines nouvelles têtes. Mention spéciale à l’ultime scène de l’épisode 16 qui rappelle que David Lynch aime filmer des femmes et offre une scène sexy en diable au coeur du Bang Bang Bar.

Concernant les parties 17 et 18 – les derniers épisodes – on laissera la surprise de la découverte. Néanmoins, ces épisodes sont construits en miroir des deux premiers. On retrouve un épisode riche en révélations et retrouvailles avant d’avoir un épisode plus fou qui clôt cette saison. Voire même la série. Peut-il y avoir une saison 4 ? Oui. En faut-il une ? Non. La série trouve son aboutissement dans un final vertigineux et éblouissant qui permet de repartir de cette ville avec le sentiment d’avoir vu une forme absolue d’art.

En l’espace de 3 décennies, David Lynch et Mark Frost ont créé une oeuvre-d’art visuelle unique en son genre. Elle a pris de multiples formes – télévisuelle, cinématographique, littéraire et auditive – et a su fédérer et honorer ses fans. Si la démarche est similaire à celle de Disney et du retour en grâce de Star Wars, le processus est inversé. Une carte blanche totale a été laissée aux équipes pour cette troisième saison. La nouvelle génération n’a servi que de fil conducteur puisque les « anciens » étaient au coeur de la narration. Tout en s’adaptant aux nouvelles technologies, Twin Peaks a gardé un côté rétro bienfaiteur. David Lynch en a fait son terrain de jeu ultime, source d’expérimentations visuelles et auditives mais a surtout conçu une série à son image : folle, punk, insaisissable et furieusement avide de vie.

On attendait avec impatience ce retour, on a pas été déçu, rendez-vous dans 25 ans ?

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIE] « Twin Peaks » – Fin de saison (Saison 3)