10 films d’horreur gore indépendants à voir d’urgence

No Comment

Dépeçage, têtes décapitées, gorges tranchées… Vous êtes nombreux à aimer le gore, ce genre tant redouté par les plus sages d’entre nous. La rédaction du CinemaClubFR vous propose un menu de 10 films indépendants qui sauront vous donner les meilleurs morceaux de corps déchiquetés de nos réalisateurs préférés.

BAD TASTE, réalisé par Peter Jackson (1987)

bad taste_film

Le réalisateur Peter Jackson est plus connu pour son travail sur les trilogies Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit, mais sa carrière a débuté dans un tout autre genre. Son premier film, tourné le week-end avec ses amis pendant quatre ans, est une comédie burlesque où les aliens décident d’utiliser les habitants comme viande de première qualité pour leur fast-food spatial… Décapitation et explosions de moutons sont au programme. Ça vaut le coup d’oeil !

LA BAIE SANGLANTE, réalisé par Mario Bava (1971)

la baie sanglante_film

Un mari tue sa femme pour prendre le contrôle de sa propriété de bord de mer, mais lui-même est rapidement assassiné ce qui déclenche une série de meurtres alambiqués parmi un groupe de jeunes. Humour noir et victimes à la pelle ont vite inspiré les slashers qui ont suivi, comme la hache dans le visage et le coït meurtrier que l’on retrouve dans le film Vendredi 13.

DEMONS, réalisé par Lamberto Bava (1985)

demons_film_bava

Un mystérieux homme au masque en acier invite des inconnus à l’avant-première d’un film d’horreur, mais des spectateurs sont contaminés par des effluves maléfiques. Scènes de transformations spectaculaires, morts intenses et action en continu rythment ce film d’horreur, très certainement l’un des plus divertissants de l’époque !

I SPIT ON YOUR GRAVE, réalisé par Steven R. Monroe (2010)

i spit on your grave_film

Ce film est l’exemple type d’un bon remake, à savoir fidèle à l’histoire du film original de 1978. Jennifer Hills, jeune auteure partie à la campagne pour écrire son livre, se fait violer et est laissée pour morte par un groupe d’hommes. Sa vengeance sur ses assaillants relève du torture porn avec des scènes plus brutales les unes que les autres. Oeil pour oeil, dent pour dent.

À L’INTÉRIEUR, réalisé par Julien Maury et Alexandre Bustillo (2007)

a interieur_inside_film

Le cinéma d’horreur français a connu une certaine notoriété grâce à des titres ultra-gores comme Frontière(s) en 2007 et Martyrs en 2008. Et à ce titre, À l’intérieur peut se comparer à un slasher quelconque mais ultra-violent : une femme enceinte se retrouve au piège d’une psychopathe qui veut à tout prix son enfant qui est sur le point de sortir. Chaque objet de la vie quotidienne devient alors une arme et ce, jusqu’au climax totalement ravagé !

L’ÉVENTREUR DE NEW-YORK, réalisé par Lucio Fulci (1982)

eventreur-de-new-york_film

Si ça cancane, ça doit provenir du bec d’un canard à moins qu’il ne porte des gants noirs de tueur dans un film de Lucio Fulci ! Un tueur en série égorge de jeunes femmes, se moque d’un détective par téléphone pendant que de riches aristocrates se prêtent à des désirs sexuels crus. Tout un programme ! Critique de la société américaine et de la corruption aux USA, le film est ponctué de scènes comme le verre pilé enfoncé dans un vagin et autres découpes de tétons. Fulci est un malade.

NIGHTMARE, réalisé par Romano Scavolini (1981)

nightmare_ Scavolini_film

Un malade est relâché d’un hôpital psychiatrique. Même s’il reste sous surveillance, il arrive à quitter New York pour la Floride, sans prévenir ses médecins. Il se met alors à épier une femme et ses trois enfants. Avec des scènes chocs et une musique expérimentale, Nightmare de Scavolini restera le film le plus controversé de sa décennie.

PHENOMENA, réalisé par Dario Argento (1985)

phenomena_film

Une jeune fille capable de communiquer avec des insectes est envoyé dans un collège suisse où un psychopathe découpe de jeunes étudiantes. Elle s’associe avec le plus grand entomologiste de l’école pour tenter de démasquer le tueur. Ici, le réalisateur réalise une redite de Suspiria mais en y ajoutant du gore, d’étranges insectes, un singe bizarre et une piscine remplie de cadavres !

MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE 2, réalisé par Tobe Hooper (1986)

texas_chainsaw_massacre_tronconneuse_2

Massacre à la tronçonneuse (1974) était tellement psychotique que les spectateurs ne savaient pas s’il fallait rire ou crier. Avec cette suite, le réalisateur Tobe Hooper s’est chargé de leur donner les deux sentiments. Dans ce film, la famille Sawyer est de retour, encore plus dérangée que jamais.  Une présentatrice de radio vient d’enregistrer la bande son d’un meurtre de deux jeunes hommes qui étaient en communication téléphonique avec la présentatrice au moment du crime. Leatherface et sa famille tente de récupérer cette cassette avant les autorités. Si vous aimez l’humour noir et les gens dépecés vivants, ce film est fait pour vous !

LA TERREUR DES ZOMBIES, réalisé par Marino Girolami (1980)

LA TERREUR DES ZOMBIES_film

Un individu subtilise des morceaux de cadavres dans un hôpital de New York. Une fois le coupable découvert et relié à une secte de cannibales, une petite équipe s’envole vers la petite île d’où il est originaire pour découvrir les mystères qu’elle dissimule… Malgré son scénario catastrophique et une mise en scène pour le moins atypique, ce Terreur des Zombies de Marino Girolami (alias Frank Martin) se savoure tout de même pour ces scènes particulièrement grotesques.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

10 films d’horreur gore indépendants à voir d’urgence