Le Top 10 de l’année 2016 par la rédaction

No Comment

Comme chaque année, la rédaction du CinemaClubFR.fr s’est pliée à l’élaboration d’un top annuel. Après avoir établit un classement personnel, voici le top général qui vous présente 8 créations originales et 2 suites… ça change !

#10 – TRASH FIRE, réalisé par Richard Bates Jr

trash-fire

La filmographie de Richard Bates Jr. est une galerie hétéroclite de personnages atypiques quasi marginaux dont Trash Fire est le 3ème tableau. Petit génie du cinéma d’horreur indépendant (retourne chez ta mère Mike Flanagan), son nouveau film découvert au Sundance Film Festival où il avait déjà présenté sa première œuvre Excision (vous devez voir ce bijou fantasque si ce n’est pas déjà fait) est un pur drame poétique. Inspiré de la dépression post Suburban Gothic du réalisateur, Trash Fire est film désenchanté où la tragédie conduit à la folie, la folie à la tragédie.

#9 – ATROZ, réalisé par Lex Ortega

atroz

Lex Ortega avait déjà fait parlé de lui lors de sa participation au film à sketchs Mexico Barbaro (2015), avec un segment particulièrement malsain. Mais ce dernier constituait seulement une mise en bouche avant la première réalisation longue durée du réalisateur mexicain. En effet, Atroz constitue surement le long-métrage le plus déviant et dérangeant de l’année. En contant l’horreur vécu par des policiers suite au visionnage de films tournés par deux psychopathes suite à leur arrestation, Lex Ortega redéfini de manière totale le genre du found footage que l’on pensait depuis longtemps mort et enterré. Utilisant une palette très riches de formats vidéos et exploitant de manière jusqu’au boutiste les défauts inhérents à ces derniers, le réalisateur mexicain ne recule devant rien afin d’offrir au spectateur des scènes de violence et de tourment d’un réalisme glaçant ainsi qu’un commentaire édifiant sur l’état de décrépitude de la société mexicaine. Une proposition filmique extrême et radicale particulièrement réjouissante dans une époque où le cinéma de genre se fait de plus en plus lisse.

#8 – THE WITCH, réalisé par Robert Egger

the-witch-photo-top

Qu’il ait été décrié ou adulé, le premier film de Robert Eggers n’a décidément pas laissé la critique et les spectateurs indifférents, y compris notre rédaction. The Witch représente, par ses partis pris différents du tout venant de la production actuelle en terme de cinéma de genre, une bouffée d’air frais. Alliant une beauté formelle aux relents tarkovskien et une mise en scène de terreur misant sur l’économie des effets, le film constitue un conte noir fantastique vénéneux, servi par un arrière-plan historique passionnant. De plus, par les nombreux sujets qu’il entend aborder (place de la femme au sein d’une société corsetée, le rapport de l’individu au mal…), The Witch se trouve être au cœur de la démarche du cinéma fantastique : inviter, par delà les images et les thématiques, à une réflexion plus large de la part du spectateur.

#7 – GREEN ROOM, réalisé par Jeremy Saulnier

green-room

Face à tous les gros blockbusters sortis à cette période comme Captain America : Civil War, Green Room s’est fait plutôt discret lors de sa sortie en mai dernier. Et pourtant, cela serait louper l’un des survival les plus jouissifs que l’on ait pu voir depuis un (très) long moment. Brutal, sans-pitié mais également référencé et très bien réalisé, le troisième film de Jéremy Saulnier est un hommage brut à la culture Punk et au cinéma bis, doté d’un suspense et d’un humour noir subtilement dosé, le tout porté par un Anton Yelchin très juste, dans un de ses derniers rôles avant sa disparition tragique en juin dernier. Définitivement le brûlot indépendant de l’année !

#6 – HUSH : PAS UN BRUIT, réalisé par Mike Flanagan

hush-pas-un-bruit

Certains films n’ont pas la chance d’être programmés sur grand-écran. Alors quand les bacs les boudent aussi, il ne reste que les plateformes de streaming légales pour leur offrir une troisième chance. Arrivé sur Netflix en cours d’année, Hush : Pas un Bruit réussit à donner un coup de jeune au huis-clos sous l’influence des classiques du cinéma de genre (Halloween de Carpenter). Le film a permis au réalisateur, Mike Flanagan, de se faire une place dans l’industrie hollywoodienne puisqu’on le retrouve derrière Ouija 2 : Les origines et bientôt dans le reboot de la saga Souviens-toi l’été dernier !

#5 – 10 CLOVERFIELD LANE, réalisé par Dan Trachtenberg

10-cloverfield-lane

Dire que 10 Cloverfield Lane est un film bourré de surprises serait un euphémisme. Non content d’avoir été annoncé en grande pompe (à peine 2 mois avant sa sortie !), on a ici affaire à un thriller pur et dur, dans la plus grande tradition de ce que peut nous offrir les productions Paramount/Bad Robot. En prenant le risque de faire un virage à 90° par rapport au premier Cloverfield, cette « suite/spin-off » nous offre de vrais moments de tensions, renforcés par des acteurs extrêmement talentueux et un scénario qui prend un malin plaisir à jouer avec nos attentes. Seule la fin, complètement déplacée, noircit légèrement le tableau mais cela ne nous empêche pas de clamer haut et fort que le jeune Dan Trachtenberg a signé l’un des grands films de l’année et que l’on a désormais très hâte de découvrir le nouvel opus de l’anthologie Cloverfield : God Particle.

#4 – THE NEON DEMON, réalisé par Nicolas Winding Refn

the-neon-demon

Que vous l’ayez aimé, ou, au contraire, totalement détesté, le dernier film du génie danois Nicolas Winding Refn ne vous a sans doute pas laissés indifférents. Si la formule peut paraître galvaudée, elle s’applique parfaitement à ce film totalement inclassable et indéfinissable qui transmet un message simple, mais le fait avec beaucoup de style, ainsi qu’une vision quasi-inédite. Ici, tout est raconté par la mise en scène, sans doute, à ce jour, la plus assurée et éloquente de la carrière de NWR. L’ambiance chaude et lancinante d’une Los Angeles impitoyable, la beauté des cadres qui plongent en un instant de l’extase à l’effroi, la performance remarquable d’un casting féminin diaboliquement jubilatoire: The Neon Demon est une oeuvre forte, profonde, et inoubliable.

#3 – THE STRANGERS, réalisé par Na Hong-jin

the-strangers

On vous aura très peu parlé de Na Hong-Jin, si ce n’est dans notre coups de gore #4 pour souligner le talent grandissant de ce cinéaste unique. Après un second métrage –The murderer– un peu brouillon, le réalisateur coréen a enfin compris ce qui fonctionnait : il est donc revenu cette année avec un thriller haletant, une potion magique de l’effarement qui a su ranimer brillamment les codes burlesques chers au bon cinéma coréen. Véritable chef-d’oeuvre, The Strangers prend sans complexe une place de classique dans la catégorie thriller, porté par d’excellents acteurs et un réalisateur prêt à faire le pari de la folie dévoratrice au cinéma. Un pur plaisir de seulement 2h36.

#2 – CONJURING 2 : LE CAS ENFIELD, réalisé par James Wan

conjuring-2

Ah James Wan. Plus besoin de présenter le réalisateur sino-malaisien, à l’origine de la cultissime saga Saw et du très bon Conjuring : les dossiers Warren. Cette année, il s’est décidé à rattraper la grossière erreur qui l’a poussé à donner une suite à Insidious en réalisant un film haletant. Malgré quelques faiblesses de scénario, James Wan confirme son esthétique et son statut de maître de l’effroi : jump scare, travellings intérieurs, champ/contre-champ… Tout est dosé avec classe et sérénité, la sérénité d’un réalisateur qui sait ce qu’il fait et qui emmène son spectateur exactement là où il veut, sur le droit chemin de la terreur…

#1 – DON’T BREATHE : LA MAISON DES TÉNÉBRES, réalisé par Fede Alvarez

dont-breathe

Après s’être essayé au genre horrifique avec Evil Dead en 2016, Fede Alvarez revient nous offrir sa dernière réussite : Don’t Breathe : La Maison des ténèbres. Trois adolescents décident de cambrioler la maison d’un vieillard aveugle en pleine nuit. Il n’en faut pas plus pour créer le parfait scénario d’un huis clos horrifique réussi. Alvarez nous propose une plongée dans l’univers oppressant et labyrinthique de sa mise en scène. Avec une photo très travaillée et une gestion de l’espace hyper minutieuse il signe là un film d’horreur à l’efficacité redoutable. Son extrême maîtrise ainsi que son intensité font de Don’t Breathe l’une des plus grandes réussites du cinéma horrifique cette année.

TOP 5 2016 des films par rédacteur

[columns_row margin_top= »0px » margin_bottom= »0px »]

Alexandre

1 – Dernier Train pour Busan
2 – Don’t Breathe
3 –  10 Cloverfield Lane
4 – Hush
5 – The Witch
6 – The Invitation
7 – 31
8 – Emelie

Andy

1 – The Neon Demon
2 – Green Room
3 – The Witch

Aymeric

1 – The Neon Demon
2 – Don’t Breathe
3 – 10 Cloverfield Lane
4 – Conjuring 2
5 – The Witch

Venn

1 – Don’t Breathe
2 – Conjuring 2
3 – The Strangers
4 – The Lure
5 – Dernier Train pour Busan

Julie

1 – The Strangers
2 – Hush
3 – 10 Cloverfield Lane
4 – Conjuring 2
5 – Don’t Breathe

Laura

1 – Trash Fire
2 – Be My Cat : A film for Anne
3 – The Invitation
4 – Don’t Breathe
5 – 10 Cloverfield Lane

Laurent

1 – Don’t Breathe
2 – Conjuring 2
3 – The Neon Demon
4 – The Strangers
5 – The Witch

Olivier

1 – Atroz
2 – We are the Flesh
3 – Grave
4 – The Plague at Karatas Village
5 – We are Still Here

Tanguy

1 – The Strangers
2 – Green Room
3 – Conjuring 2
4 – 10 Cloverfield Lane
5 – American Nightmare 3

Thomas

1 – Conjuring 2
2 – Don’t Breathe
3 – The Neon Demon

Valentin

1 – Hush
2 – 10 Cloverfield Lane
3 – The Strangers
4 – The Witch
5 – American Nightmare 3

[/columns_row]

 

 

Balance ton commentaire

Back
SHARE

Le Top 10 de l’année 2016 par la rédaction