[CRITIQUE SERIES] « The Walking Dead », bilan du premier épisode de la saison 8

No Comment

Rick et son groupe font alliance avec le Royaume et la Colline pour faire chuter Negan et ses Sauveurs.

Après une septième saison catastrophique en termes d’enjeux et de narration, les équipes de The Walking Dead avaient promis de se rattraper sur la huitième saison qui adapte, en partie, l’arc All Out War du comic-book de Robert Kirkman et Charlie Adlard.

Le moins qu’on puisse dire c’est que la série n’a pas peur de perdre ses spectateurs. Elle a prouvé être capable d’alterner violence et psychologie, scènes fortes et ennui mortel. Elle a aussi montré ses capacités à lancer la saison avec un excellent épisode musclé et rythmé (on se souvient de la libération par Carol d’un Rick prisonnier des cannibales) mais aussi un épisode plus dosé en dialogues et jouant avec les flashbacks (le premier épisode de la saison 7 justement). Ce premier épisode de la huitième saison est un savant dosage entre ses deux extrêmes.

On va pas se mentir : All Out War ne durera pas toute la saison. Au-mieux, la première moitié de saison; au pire, quelques épisodes épars. Sauf que la série veut prouver qu’elle n’a rien perdu de sa superbe et attaque directement sa narration par l’ouverture des hostilités. S’en suit une préparation rapide mais nécessaire avec un rappel des enjeux et des différentes forces en présence avant d’orchestrer une montée de la tension jusqu’à la confrontation. La musique de Bear McCreary est l’un des meilleurs éléments de l’épisode avec une présence permanente mais discrète qui sait jouer avec les nerfs des spectateurs. Ce jeu est aussi présent par le biais de scènes étranges sur un futur possible. Si leur utilité est encore faible dans cet épisode, elles devraient s’expliciter par la suite.

Là où la série aurait eu tendance à se perdre en longs épisodes sur la fabrication des armes, les doutes de Rick et les tourments de Gabriel ou autre, elle prend un contre-pied total. Tous sont dédiés au combat et l’issue de chacun est plus qu’incertaine. On retrouve le Rick leader et sûr de lui loin du pseudo-anti-héros vendu la saison précédente. Le fait que le groupe soit au complet aide grandement la narration qui n’est explosé que géographiquement puisque tous convergent vers un même but : dessouder Negan.

Negan, justement, est l’une des bonnes surprises de l’épisode. Après une introduction folle en fin de saison 6, il était devenu un pastiche du méchant de papier, une poupée vide sans âme ni vulgaire, peu violente. La saison 8 devrait changer la donne puisque si sa présence est partout et nulle part à la fois, Jeffrey Dean Morgan se distingue par son vocabulaire outrancier à souhait et surtout son sadisme.

Après une saison 7 qui a vu The Walking Dead perdre des plumes et des spectateurs, l’enjeu est grand pour la saison 8 : prouver que The Walking Dead peut se renouveler et jouer dans la cour des grands. Si le premier épisode de cette saison est un indice, alors la série de AMC est en passe de réussir son défi.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SERIES] « The Walking Dead », bilan du premier épisode de la saison 8