Quel réalisateur pour Scream 5 ? Les choix de la rédac’

No Comment

Dans une récente interview, Neve Campbell (Sidney Prescott) et Kevin Williamson (créateur de la franchise Scream) sont revenus sur l’idée d’un Scream 5 sans le réalisateur des 4 films, Wes Craven. La rédaction a imaginé une liste de réalisateurs qui pourrait remplacer le maître du suspense. Ces choix sont personnels et peuvent en faire hurler plus d’un. N’hésitez pas à nous proposer votre liste et peut-être que l’un d’entre eux sera le futur réalisateur de Scream 5.

Le choix d’Aymeric : JAMES WAN

C’est un peu facile actuellement de mentionner le nom de James Wan dès qu’il s’agit d’horreur, l’homme étant devenu un nom assez incontournable du genre grâce à ses multiples succès. Ceci dit, si il lui était possible de trouver un créneau dans son emploi du temps assez chargé, Wan pourrait tout à fait prendre la relève de Wes Craven pour un éventuel cinquième opus de Scream. Pourquoi ? Tout d’abord parce que le jeune réalisateur sino-malaisien a prouvé, à de nombreuses reprises, qu’il était capable de faire des prouesses avec sa caméra, à l’image de Conjuring 2, qui est d’une élégance frissonnante. Multipliant les plans-séquences avec une maîtrise indéniable, tout en mêlant habilement ambiance et jumpscares sans jamais en faire trop, chacun des films d’horreur (ou presque) de James Wan montrent que ce dernier connait très bien son sujet. Ensuite, il faut reconnaître que le bonhomme semble tout de même avoir fait un peu le tour de l’épouvante. Le voir, par conséquent, s’attaquer au sous-genre du slasher pourrait donner une nouvelle dimension à la franchise qui gagnerait, très certainement, en fraîcheur.

Le choix de Tanguy : KARYN KUSAMA

« Pardon ? La réalisatrice de Aeon Flux et de Jennifer’s Body à la tête d’un Scream ?? » Et bien, aussi étonnant que cela puisse paraître… Pourquoi pas ? Il est certain que la réalisatrice n’a pas très bonne réputation dans le milieu du cinéma horrifique, en particulier à cause de ses premiers films disons discutables, mais il se pourrait bien qu’elle ait d’autres ressources en stock. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder son tout-dernier film The Invitation (disponible sur Netflix), un huis-clos indépendant qui s’est beaucoup fait remarquer l’année dernière. Les codes propres à Scream y sont présents, que cela soit le suspense montant crescendo, le jeu de mensonges entre les différents protagonistes ou encore son impact sur le spectateur.

De plus, quoi que l’on puisse penser de sa qualité, Jennifer’s Body nous a également prouvé que Kusama savait manier les codes du slasher et du teen-movie à la lettre. Il serait alors très curieux de la voir tordre des règles qu’elle a elle-même fait perdurer durant les années 2000, pourquoi pas en y ajoutant un regard plus moderne et féministe, bien loin de la vision clichée et datée de la 20th Century Fox. Car c’est aussi ça Scream, un détournement des clichés entourant les femmes dans le cinéma de genre, pour au final faire de la « final girl » une héroïne badass, ce qu’a toujours été Sidney Prescott.

Le choix de Julie : MIKE FLANAGAN

Alors oui, on sait, il s’est un peu pris les pieds dans le tapis avec sa préquelle de Ouija. Mais il ne s’agirait pas pour autant d’oublier tout le talent dont le bougre a fait preuve jusqu’à présent : un talent qu’on le verrait bien employer à la réalisation de Scream 5. On se souvient de tout l’art dont il avait fait preuve avec Oculus, offrant à son public une réalisation dont la sobriété sophistiquée servait un climat d’épouvante glauquissime, réussissant la prouesse de n’être pas excessivement démonstratif. Plus récemment, on a compris que Mike Flanagan maîtrisait aussi super bien le genre du survival cher à Scream. Avec Pas un bruit, le réalisateur plonge son spectateur in medias res dans une atmosphère suffocante, qui met en scène une jeune sourde-muette d’abord inconsciente de la menace pesant sur elle, proie parfaite pour un prédateur qui rêve d’un combat psychologique et physique apparemment facile. Si l’on occulte sa dernière oeuvre, Mike Flanagan semble être un candidat parfait : réalisation pointue, atmosphères tendues par la suggestion horrifique, amour du minimalisme, surgissement de la terreur là où on ne l’attend pas… Le réalisateur américain sait créer de l’effroi à partir de rien, et rien que pour ça, on le verrait bien diriger le nouveau volet de la saga Scream.

Le choix de Laura : SAM RAIMI

Plus besoin de présenter Sam Raimi, on sait tous que l’homme à un talent indéniable en ce qui concerne les films de genre. Il sait très bien maîtriser l’horreur, le réalisme et l’humour en même temps, ce qu’est exactement la saga Scream. Ce réalisateur est une valeur sûre, ne serait-ce que pour mentionner Drag Me To Hell (pas assez populaire à mon goût) et la trilogie/série Evil Dead qui sont pour le moins des films dont on ne peut nier la qualité (comico) horrifique. S’occuper d’un probable Scream 5 serait un jeu d’enfant pour lui, il avait d’ailleurs été approché pour réaliser le tout premier Scream, offre qu’il avait refusé mais il n’est pas trop tard pour accepter la réalisation du prochain volet surtout quand on voit le succès et le culte que détient la franchise aujourd’hui. Ce serait également un magnifique hommage que pourrait faire Raimi à Wes Craven, les deux s’étant souvent fait des clins d’œil l’un à l’autre à travers leurs films, le dernier en date se trouve dans un épisode de la saison 2 d’Ash vs Evil Dead où on peut entrevoir une affiche de La Colline à des Yeux. Rien n’empêche Sam Raimi de continuer à produire des films de genre, mais le voir à la tête Scream 5 serait pour lui un parfait retour en force sur le terrain de la réalisation.

Le choix d’Alexandre : ROB ZOMBIE

Ayant réécrit et réalisé un classique du genre (Halloween I et II), Rob Zombie est certainement un bon choix pour la franchise Scream. Exit l’humour raté des deux derniers volets, Rob Zombie pourrait insuffler une nouvelle dimension à l’horreur. Son univers cadavérique, fantasmagorique et brutal serait idéal dans ce qui pourrait être une vision moderne de la franchise pour une nouvelle génération d’adolescents. Rob Zombie ne remplacerait pas le couteau de boucher par une tronçonneuse, mais il plongera de nouveau la ville de Woodsboro dans l’effroi le plus dramatique et cauchemardesque grâce à des moments psychés dont il a le secret. Réussir à créer une mythologie différente sans faire concurrence à l’original, voilà la principale qualité de ce réalisateur de génie.

Balance ton commentaire

Back

FILMS D’HORREUR ET POP-CULTURE

Votre dose quotidienne d'hémoglobine. Des films d'horreur aux séries TV, en passant par la pop-culture, nous décryptons l'univers horrifique à travers des vidéos et créations originales dénichées par notre rédaction | LA TEAM CCFR | CONTACT | MENTIONS LÉGALES

SHARE

Quel réalisateur pour Scream 5 ? Les choix de la rédac’