[CRITIQUE] « Friend Request », réalisé par Simon Verhoeven

No Comment

friend-request-1

Laura, étudiante branchée, partage sa vie sur Facebook avec ses 800 amis. Par gentillesse, elle accepte la demande d’ami de Marina, une étudiante introvertie mais qui devient vite envahissante.
En tentant de la supprimer de sa liste d’amis, Laura va déclencher des forces paranormales et voir ses proches être décimés les uns après les autres…

Après Unfriended, le cinéma de genre cherche à rester dans le coup et chébran en continuant de nous dire que les réseaux sociaux, c’est le MAL. Le MAL en lettres CAPITALES. Et quitte à faire passer un message avec force, autant le faire avec une bonne grosse truelle de clichés. Friend Request en est l’illustration parfaite.

Tout commence dès la présentation des studios de production. Chose assez rare dans le genre, on commence dès le départ à faire sauter l’image avec des effets, histoire de perturber le spectateur. Puis s’en suit 1 heure 25 minutes de clichés. Tout est cliché dans ce film mais il devrait néanmoins ravir les néophytes.

friend-request-3

La musique de fond est un cliché avec des accents métalliques façon Millénium de David Fincher mais en version cheap. Ce film bénéficie du fameux filtre gris qui semble affecter tous les films de genre depuis des années. La réalisation est commune au possible – on a même le droit à la séquence façon plan séquence de vidéos Facebook. Cela a néanmoins le mérite de nous introduire les personnages et c’est là que le bat blesse car ils seront des clichés ambulants. La fille populaire ? Check. Le beau-gosse sportif ? Check. L’héroïne un peu paumée mais populaire ? Check. La hackeuse dark, mystérieuse et sosie de Lisbeth Salander ? Check.

Le résumé est assez simpliste pour le coup dans la mesure où le scénario n’est pas dingue. L’héroïne devient amie avec la hackeuse, la rejette, elle meurt et hante l’héroïne a qui il arrive des choses pas cool. Enfin, il lui arrive des misères uniquement dans la dernière demie-heure du film. Le reste n’est que construction en vue de la fin. Le film se sauve néanmoins grâce à des jump-scares habilement placés ça et là pour maintenir l’intérêt.

friend-request-2

On retiendra néanmoins les séquences des rêves en animé qui sont sublimes ainsi que la volonté de créer via la musique et le retour constant à Facebook et la technologie une ambiance anxiogène et malsaine qui convient à peu près au contenu du film.

Franchement, quitte à voir un bon film sur les dérives des réseaux sociaux, ruez-vous sur Noah de Walter Woodman et Patrick Cederberg plutôt que sur ce Friend Request, sous-produit et sous-film qui semble être dans la lignée des films d’adolescents que l’on regarde lors de pyjama parties (#1990) et qu’on oublie dans la foulée.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE] « Friend Request », réalisé par Simon Verhoeven