Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg dévoile sa 11e édition riche et prestigieuse

No Comment

Quiconque réside en Alsace et ses alentours a forcément dû entendre parler du Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg ne serait-ce qu’une fois. Après un dixième anniversaire couronné de succès, Daniel Cohen et son équipe n’ont absolument pas tenu à se reposer sur leurs lauriers, en témoigne cette nouvelle et imposante édition qui se tiendra du 14 au 23 septembre et qui semble bien déterminer à vouloir bousculer certaines traditions.

Gaspar Noé viendra présenter Climax lors d’une avant-première événement le dimanche 16 septembre.

De 53, le compteur de long-métrages diffusés durant le festival passe désormais la barre de la soixantaine grâce à l’arrivée d’une nouvelle sélection dédiée aux films d’animations. Une sélection un peu plus éloignée du monde du fantastique mais pas dénuée de bon goût puisque l’on y retrouvera des œuvres ayant déjà fait leurs preuves ailleurs comme Chuck Steel : Night of The Trampires de Mike Mort (un actionner décomplexé en stop-motion) et Miraï, ma petite soeur de Mamoru Hosoda, qui a déjà fait fondre de nombreux cœurs (dont le notre) au dernier festival de Cannes. En parlant de Cannes justement, on a également le plaisir de retrouver dans la sélection Strasbourgeoise de nombreux titres phares de mai dernier qui risquent encore de faire parler d’eux, à l’instar de Climax de Gaspar Noé, Mandy de Panos Cosmatos ou encore The House That Jack Built de Lars Von Trier (dont nos critiques sont d’ores-et-déjà disponibles).

Rassurez-vous néanmoins, le festival a plus d’un tour dans son sac, en l’occurrence ici une belle brochette de films encore inédits en France mais dont la réputation se fait déjà grande. Citons pèle-mêle Piercing de Nicolas Pesce (adapté d’un roman de Ryu Murakami, déjà auteur de Audition), What Keeps You Alive de Colin Minihan (un survival LGBT+ radical et cynique), Luz de Tilman Singer (quand l’hypnose prend des tournures macabres) mais également Human, Space, Time and Human de Kim Ki-Duk et Love Me Not de Alexandros Avranas. Enfin, après Ça l’année passée, Warner/New Line aura le plaisir de proposer en guise de séance d’ouverture la première française du nouveau chapitre de l’univers Conjuring, La Nonne de Corin Hardy, lauréat ici-même de l’Octopus d’Or en 2015 pour Le Sanctuaire.

La Nonne de Corin Hardy ouvrira le festival sur les chapeaux de roues.

Alors que le planning sera déjà suffisamment chargé, s’ajoute ensuite deux autres catégories chères aux adeptes du festival : Les sélections Crossover et Midnight Movies. La première, proposant des films appartenant au genre mais pas nécessairement au fantastique, nous permettra de découvrir de nombreux films-clés de cette fin d’année comme Profile de Timur Bekambetov (une plongée dans la radicalisation djihadiste par le biais du même procédé que Unfriended), The Man Who Killed Hitler and Then The Bigfoot de Robert D. Krzykowski (produit par Douglass Trumbull, le papa des effets spéciaux modernes) ainsi que Killing, le nouveau film de Shinya Tsukamoto. La seconde, quant à elle, laisse place au grand-guignol et au défouloir brut avec des propositions aussi barrées que Dead Ant de Ron Carlson (l’ultime affrontement entre des fourmis géantes et un groupe de glam metal), Terrified de Demian Rugna (le film qui a terrifié Fantasia), The Ranger de Jenn Wexler (jouissif slasher à la sauce punk en perspective) et Nightmare Cinema, nouveau film à sketches réunissant Joe Dante, Mick Garris, Ryuhei Kitamura et David Slade. A noter également, en guise de cerise sur le gâteau, la projection en avant-première de la série Crisis Jung, nouvelle création animée en six épisodes de l’équipe de Lastman.

Pour en terminer avec la sélection cinéma, attardons-nous sur la grande rétrospective de cette édition, intitulée « Chromosomes XX » et s’intéressant en tout logique à la vision de la femme dans le genre. Ainsi, vous aurez de quoi de (re)découvrir sur grand écran des œuvres cultes de l’horreur comme Carnival of Souls de Herk Harvey, La Féline de Jacques Tourneur, Mais Ne Nous Délivrez Pas du Mal de Joel Séria, Dr. Jekyll & Sister Hyde de Roy Ward Baker, Sœurs de Sang de Brian de Palma et bien évidemment le définitif Possession de Andrzej Zulawski. Enfin, comme chaque année, une rétrospective dédiée à l’invité d’honneur de cette édition, en la personne de John Landis, sera organisée. L’opportunité idéale de revoir en salles Les Blues Brothers mais surtout Le Loup-Garou de Londres, ce dernier étant par ailleurs projeté à la suite d’une master-class du monsieur le Dimanche 16.

Possession sur grand écran, une expérience qui risque d’en marquer plus d’un.

Mais une fois n’est pas coutume, à Strasbourg, le cinéma ne se trouve pas forcément que dans les salles. La preuve encore cette année avec une séance qui risque de faire parler d’elle, en bien comme en mal : Une projection de L’Exorciste de William Friedkin… Dans une église ! L’idée est farfelue mais deviendra bel et bien réalité le Jeudi 20 pour satisfaire tous les assidus de ce film pas très catholique. Pour les plus jeunes (mais pas que), une projection plein-air de Qui Veut la Peau de Roger Rabbit ? de Robert Zemeckis sera également organisée le Mercredi 19, tandis que la Zombie Walk fera son retour tant-attendu (pour de bon, cette fois-ci) le Samedi 15 dans les rues de la ville. Et pour les plus adeptes de jeux vidéos, le Shadok hébergera une fois encore de nombreux ateliers en lien avec le domaine vidéo-ludique et la réalité virtuelle, ainsi qu’une nocturne dédiée au Survival Horror dans la nuit du Vendredi 21, de 21h à 3h du matin.

Vous l’aurez compris, le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg aura vraiment redoublé d’efforts afin de fournir une onzième édition que l’on peut déjà qualifier de conséquente. Les dilemmes seront difficiles à faire mais sachez que le CinemaClubFR sera une fois de plus présent durant l’intégralité du festival afin de vous tenir informé de toute son actualité jour par jour ! Retrouvez toutes les informations relatives au festival sur http://strasbourgfestival.com/

 

Balance ton commentaire

Back
SHARE

Le Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg dévoile sa 11e édition riche et prestigieuse