[ÉDITO] Annabelle et les salles de cinéma

No Comment

Si vous avez récemment suivi les informations, alors vous savez que depuis sa sortie en salles mercredi dernier, le médiocre Annabelle, dont vous pouvez lire notre critique ici, a causé pas mal de problèmes durant certaines séances (Bagarres, séances agitées, dégradations matérielles importantes, etc.). Les événements ont pris une telle ampleur que certains cinéma, agacés par la situation, ont appliqué une sentence irrévocable: La déprogrammation du film.

Cet article fait office de coup de gueule, parce que ce n’est pas la première fois que de tels événements se produisent. En effet, Paranormal Activity 4 et Sinister avaient été, eux aussi, victimes de leur public, et déprogrammés dans plus de quarante salles en ce qui concerne le film de Scott Derrickson. Alors, dans ce genre de situation, que se passe-t-il? En plus de la déprogrammation des films, qui nuit autant aux distributeurs qu’aux salles de cinéma, c’est carrément le cinéma de genre que l’on vient montrer du doigt. Et ça, c’est quelque chose qui ne me plait pas. Car oui, comme vous qui lisez ses lignes, j’aime le cinéma de genre. Beaucoup même. Et ça m’attriste justement que le genre soit autant affecté, moqué, déprogrammé, et jugé de haut comme c’est le cas bien souvent, sur le seul argument des agissements d’une minorité. J’ai donc décidé de prendre la défense du cinéma que j’aime, car dans cette histoire, et toutes celles qui ont précédées, le coupable ce n’est pas le film, ou le genre dans lequel on le range.

annabelle

Comment expliquez-vous, qu’après deux cas d’incidents majeurs, aucune mesure n’ait été prise ou mise en place par les cinémas à l’approche de la sortie de films de genre susceptibles d’attirer un large public? Est-ce normal de priver l’ensemble d’un public, qui n’est pas uniquement constitué d’ados pré-pubères en manque de sensations fortes, d’un film parce que celui-ci attire des spectateurs nuisibles dénués de toute notion d’éducation ou de respect? Même si on peut aisément comprendre le ras de bol des exploitants, non, tout cela n’est pas normal. Si le comportement du public incriminé est indéfendable, la réaction des cinémas qui projettent le film l’est tout autant. Les cinémas se doivent de prendre des mesures, autres que celle extrêmement radicale de la déprogrammation, afin que leurs spectateurs les plus fidèles, et respectueux, qui paient eux aussi leur place, puissent voir le film qu’ils souhaitent, et ce dans le confort que les salles sont censées offrir. Et cela vaut pour tous les films, pas seulement pour les films de genre. Car même si en général les incidents sont moins importants, tous les films « ouverts » à un public large, souvent jeune mais pas que, sont touchés (je parle ici par expérience, ma séance de 22 Jump Street au moment de sa sortie ayant été un véritable calvaire).

Il faut donc lutter contre le public nuisible, faire en sorte que celui-ci ne nous dérange plus, et ce n’est pas à nous, spectateurs respectueux, de nous adapter en fonction de cela, ou de subir une sanction générale. Est-ce que cela vous paraîtrait surréaliste de voir des agents de sécurité veiller au bon déroulement d’une séance, et agir en conséquence au moindre débordement? J’en doute. Au prix de la place de cinéma, pour ceux qui ne bénéficient pas de tarifs réduits, pouvoir profiter sans problèmes du service que l’on nous propose me paraît être la chose la plus évidente et la plus normale au monde. Seulement voilà, c’est tellement plus facile de ne simplement plus projeter un film, en l’accusant d’attirer un public agité, plutôt que d’agir contre ces personnes, et leur interdire l’accès aux salles. Ne nous mentons pas, ces gens qui mettent le bordel dans les salles, on les repère avant même le début des séances, pendant les pubs et les bandes-annonces, dans le hall du cinéma, car ils savent et aiment se faire remarquer, et on sait tous très bien que la plupart ne viennent même pas par réel envie de voir le film projeté. Je ne tiens pas là un discours de vieux con aigris, qui méprise la jeunesse, bien au contraire. Moi-même je pense être encore jeune. Mais moi je me suis toujours bien tenu dans une salle de cinéma, et je pense que la plupart d’entre vous sont dans la même situation. Je vous demande donc de ne pas seulement vous offusquer du comportement de certains spectateurs, mais de vous offusquer et de vous révolter également contre ces cinémas qui vous privent d’un film, peu importe sa qualité, ou quelle que soit la raison.

theconjuring-annabelle

Et encore une fois, on ne parle pas ici d’un problème insoluble, des tas de solutions moins radicales existent, certaines sont mêmes très simples. Donc si certaines personnes ne sont pas capables de faire preuve d’un minimum de respect envers autrui, de respecter les règles de base de la vie en société, ou de faire honneur à l’éducation de leurs parents, il est important de leur faire comprendre qu’ils n’ont pas tous les droits dans une salle de cinéma simplement parce qu’ils ont payé leur place, et qu’ils n’y sont pas les bienvenus s’ils ne sont pas capables de se comporter de façon civilisée. Parce que soyez sûrs d’une chose, ces personnes, en voyant que leurs agissements ont pu provoquer une déprogrammation d’un film, voir même une simple réaction, n’hésiteront pas à recommencer. Il est donc important de ne pas les encourager, de ne pas leur montrer qu’ils ont du pouvoir, et de les sanctionner.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[ÉDITO] Annabelle et les salles de cinéma