[CRITIQUE – FEFFS 2018] « Terrified », réalisé par Demian Rugna

No Comment

Dans un quartier résidentiel de Buenos Aires, les habitants d’une rue se cloîtrent et disparaissent, les morts sortent de leurs tombes et la police, impuissante, en vient à s’associer aux spécialistes des phénomènes paranormaux.

Avec Terrified (ou Aterrados dans sa version originale), on nous promettait du frisson, du vrai. Celui qui ne nous lâche plus des jours et des jours après notre visionnage. Celui qui nous oblige à ressortir notre doudou et notre costume S.O.S. Fantômes du placard familial. Ou encore celui qui nous oblige à guetter la moindre ombre ayant le malheur de passer devant notre fenêtre en plein milieu de la nuit. Bref, le film d’angoisse à ne pas louper cette année. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Demian Rugna met absolument tout en oeuvre pour assurer au maximum cette angoisse, c’est indéniable. Mais y arrive-t-il pour autant ?

Comme beaucoup de films d’épouvante, la peur est un élément extrêmement subjectif et dépend des craintes et angoisses de chacun. Dans le cas de Terrified, force est de constater qu’il ne réussira à terrifier que les personnes particulièrement sensibles aux films de fantômes démoniaques ou encore de maisons hantées. Néanmoins, dès sa première scène (mémorable à plus d’un titre), force est d’admettre Demian Rugna sait doser son suspense et surtout sait utiliser à bon-escient le faible budget qui lui a été alloué, privilégiant les imageries chocs qu’à des instants-clés de l’intrigue.

De nombreuses bonnes idées de suspense parsèment l’intégralité du rollercoaster qui nous est offert ici et il y a fort à parier que certains scènes d’angoisse réussirons à convaincre même les plus cyniques. Malheureusement, à l’exception de ces quelques scènes efficaces, le reste du film peut s’avérer être assez pénible pour les personnes insensibles à ce genre de terreurs, comme les gamins revenus d’entre les morts ou encore les monstres difformes cachés sous notre lit. Pire encore, on se rend d’autant plus compte du caractère fauché de certaines séquences, en particulier son imagerie de télénovela ou encore ses pirouettes scénaristiques un peu gratuites.

Juger Terrified s’avère donc être un exercice plus difficile qu’il n’y paraît puisque notre approche du métrage dépendra avant-tout de notre sensibilité face aux angoisses que celui-ci nous met devant les yeux. S’il semble difficile de surpasser James Wan et ses Conjuring en la matière, ce n’est absolument pas l’intention de Demian Rugna ici, qui préfèrera se montrer malin (ou économe) à l’aide d’idées de terreurs particulièrement bien pensées. Et c’est tout à son honneur.

Terrified
2.5

Conclusion

Sans être une véritable déception, loin de là, Terrified ne saura se montrer terrifiant qu’auprès d’un public d’emblée sensible aux films à base de terreur nocturne et qui risquent, eux, de passer un sale quart d’heure, pour leur plus grand plaisir. Les autres, cependant…

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE – FEFFS 2018] « Terrified », réalisé par Demian Rugna