[CRITIQUE SÉRIES] « The X-Files » – My Struggle, Part II (10×06)

No Comment

The X-Files 10.06.2

Mulder a disparu. Scully et ses nouveaux partenaires mènent l’enquête tandis qu’une menace mondiale semble frapper la Terre.

C’est déjà la fin pour The X-Files. Avec ce sixième épisode, la série de Chris Carter referme son come-back événement et se prépare à se rendormir. Mais est-ce vraiment le cas ? Critique d’un ultime épisode qui en dit long sur l’état de la série.

« My Struggle, Part II » est donc, comme son nom l’indique, la suite du premier épisode de la saison 10. Ce premier épisode était sympa de part le retour de Mulder et Scully mais globalement inférieur à la suite de la saison. Spoiler alert, ce dernier épisode est tout simplement mauvais.

L’introduction est bonne. Contrepied total à celle du premier, c’est Scully (Gillian Anderson) qui nous expose les faits et sa vie. Et, sans surprise, tout tourne autour de son sang modifié à l’aide un génome alien. Chris Carter pense que le spectateur est stupide puisqu’il fait répéter pas loin de 4 fois en 2 minutes que Scully a du sang alien avant de conclure sur un plan qui … explique que Scully a du sang alien. C’est The X-Files ou Gros Sabots Paranormaux ?

La suite de l’épisode ne sera pas mieux. L’intrigue tourne autour de Mulder qui a disparu et d’une mystérieuse contamination autour de l’anthrax. Lors du retour de la série, les créateurs et scénaristes avaient promis de se concentrer sur le monde moderne et c’est le cas. La technologie est vilaine et méchante, on ne tire pas sur les gens, on fait une contamination à l’échelle mondiale avec de la poudre. Tout le monde est paranoïaque et mystérieux. On va donc suivre pendant 30 longues minutes une Scully angoissée par la perte de son partenaire et secondée par Einstein (Lauren Ambrose). La Team Rousse va donc tout faire pour retrouver l’Agent qui sert d’élément révélateur au complot. On se souvient que le pilot inversait (on est poli) la mythologie : les aliens n’utilisent pas les humains mais l’inverse. Forcément, Chris Carter s’enfonce dans cette histoire avec la grâce d’un 33 tonnes.

Pour ce faire, il fait revenir deux personnages forts : Monica Reyes (Annabeth Gish) et l’Homme à la Cigarette (William B. Davis). La première est une ancienne agent du FBI devenue méchante et va révéler le sombre complot autour de la sixième extinction en quoi ? 3 minutes. Pas mal pour un complot qui obsède deux personnes et pas mal de spectateurs depuis 20 ans. Mais le pire vient de l’Homme à la Cigarette. Car, c’est lui le grand vilain bonhomme qui a un plan de domination mondiale. Vous lui faites une voix zozotante et c’est le même plan que le méchant de Kingsman. Par ailleurs, The X-Files traite de cas paranormaux et je ne suis pas un expert en nucléaire mais comment peut-on être en vie avec un cancer et surtout après s’être pris un engin nucléaire sur le crâne ? On a tué Jigsaw pour moins que ça.

Nous n’évoqueront pas la fin mais elle vient contredire tout ce qui a été fait auparavant et appelle une suite, ce qui n’est pas censé être le cas dans une mini-série.

On reste donc frustré devant ce final qui essaye de faire avancer la mythologie tout en adaptant les problèmes actuels du monde (virus, bactéries…) et en respectant le passé des personnages.

S’il y aura vraisemblablement une saison 11, il est à souhaiter qu’elle soit mieux traitée pour espérer continuer à captiver.

The X-Files 10.06.3

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIES] « The X-Files » – My Struggle, Part II (10×06)