[CRITIQUE SÉRIE] « American Horror Story : Hotel » – 05×01

No Comment

AHS Hotel 5x01

Le détective John Lowe (Wes Bentley) enquête sur une série de meurtres à Los Angeles. Il se retrouve dans l’énigmatique hôtel Cortez.

Après la quatrième saison d’American Horror Story – sous-titrée Freak Show qui fut une déception pour beaucoup de fans, Ryan Murphy et FX avaient promis de changer la donne pour le cru 2015. Le contrat a-t-il été respecté ? Réponse dans notre critique.

Cela fait 5 ans que Ryan Murphy convoque un casting all-star pour raconter une histoire d’horreur américaine. Ainsi, après la maison hantée puis l’asile psychiatrique suivi des sorcières et enfin des monstres de foire, le scénariste américain le plus fou convoque son casting des Enfers pour revisiter le thème de l’hôtel mystérieux. Et c’est avec un premier épisode d’une heure qu’il décide d’ouvrir le bal. Le spectateur rencontre les différents protagonistes et il y a beaucoup mais tous sont traités avec suffisamment de tact pour que cela ne vire pas à l’overdose. Overdose justement il en est question avec les personnages de Max Greenfield, Sarah Paulson et Matt Bomer. Chacun a un rapport avec le monde de la drogue. Ces trois personnages sont hauts en couleur, hautains et méprisants mais furieusement 90’s. On trouve des colorations scandaleuses, de la fausse fourrure et du eye-liner digne de Johnny Depp. On nous introduit même le fameux Démon de l’Addiction qui semble destiné à être le Twisty de cette saison. Le reste du casting est dans la même lignée. On a Denis O’Hare qui après avoir été brûlé vif (American Horror Story : Murder House) ou doté d’un pénis étrange (American Horror Story : Freak Show) se retrouve ici crâne rasé et travesti répondant au nom de Liz Taylor. On croise aussi Kathy Bates en réceptionniste, Cheyenne Jackson en nouveau propriétaire et on assiste même au come-back de l’agent immobilier de la première mouture du show. Les rôles principaux sont tenus d’un côté par Wes Bentley qui incarne un inspecteur marié à Chlöé Sevigny qui enquête sur l’hôtel. Son personnage est creusé, sombre et à la poursuite d’un tueur. Il a le droit à une entrée horrifique mais fun avant de basculer dans la noirceur de son rôle.

Mais le personnage que tous attendent est celui de The Countess incarné par Lady GaGa. La pop-star fait son entrée dans le monde de la TV (on ne compte pas son caméo dans Gossip Girl) et incarne la propriétaire de l’hôtel et elle réussit parfaitement ses premiers pas. Elle est sexy en diable et incarne une personnalité forte et mystérieuse. Il est à parier que son rôle s’étoffera au fil des épisodes mais l’une des choses agréables de ce début de saison est qu’elle n’est pas omniprésente. Jessica Lange était imposée de force aux spectateurs lors d’American Horror Story : Freak Show alors que Lady GaGa apparaît par touches, disséminée ici ou là sans jamais trop en faire. Elle est une star parmi d’autres. Son personnage est ambiguë et étrange, on se demande quelle créature elle incarne, quel est son but… Tout sera dévoilé assez rapidement. Son introduction est probablement le moment dont tout le monde parlera tant elle est purement murphyenne et excitante à souhait.

Le scénario oscille constamment entre notre époque et quelques flashbacks pour creuser les personnages mais ce qu’on retient est l’ambiance insufflée à ce pilot. Ryan Murphy a voulu réaliser lui-même l’épisode et cela se voit. Il a abusé des filtres, des changements de ton, des travelings et de l’effet « Oeil de Poisson ». La musique apporte une touche noire et sombre et les décors sont hyper travaillés pour faire rétro et moderne à la fois. Le show ressemble beaucoup à American Horror Story : Murder House et cela n’est pas plus mal. On notera même le clin-d’oeil avec le fils du nouveau propriétaire. Cette saison semble être un savant mélange entre des films comme Shining, Les Enfants du Maïs, Suspiria, Se7en ou encore Psychose. On ne va pas bouder notre plaisir. Ce premier épisode est empli d’hommages, de clins-d’oeil quitte à en faire trop mais cela n’est pas trop gênant. Le générique, enfin, est un pur régal, sombre et mystérieux loin de la profusion de CGI de l’an passé.

Checking In est un début plus que solide pour American Horror Story : Hotel et on ne peut que trépigner à l’idée de découvrir les autres épisodes s’ils sont dans la même lignée.

American Horror Story : Hotel - Checking In (5x01)
4.5

Conclusion

American Horror Story : Hotel commence sous de bons auspices et semble destinée à être l’une des grandes saisons du show. Le casting et l’ambiance sont remarquables dans ce pilot.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIE] « American Horror Story : Hotel » – 05×01