[CRITIQUE] « Logan », réalisé par James Mangold

No Comment

Dans un futur proche, un certain Logan, épuisé de fatigue, s’occupe d’un Professeur X souffrant, dans un lieu gardé secret à la frontière Mexicaine. Mais les tentatives de Logan pour se retrancher du monde et rompre avec son passé vont s’épuiser lorsqu’une jeune mutante traquée par de sombres individus va se retrouver soudainement face à lui.

Avec ce dixième film de la saga X-Men, l’enjeu est important pour les producteurs et les fans. En effet ce long-métrage marque la dernière apparition de Hugh Jackman dans le rôle de Wolverine. Il ne s’inscrit pas directement sur la même trame narrative que les X-Men car c’est le troisième film développant individuellement l’histoire de Logan. Par conséquent, faire partir le personnage après un développement sur le très long terme (8 films) s’avère être le défi majeur à relever.

James Mangold a été chargé du projet après avoir déjà réalisé Wolverine : Le Combat de l’immortel. Ce qui frappe immédiatement dans Logan c’est l’extrême respect et l’application parfaite de son cahier des charges. Effectivement, le film donne l’impression de ne pas être confiant face au défi que le départ de Hugh Jackman entraîne. Ce qui est assez visible dans l’absence totale de prise de risque du long-métrage. On peut donc difficilement reprocher quelque chose à la réalisation, mise à part son extrême banalité. Tout est calculé pour rester dans un juste milieu de médiocrité. Les plans sont toujours composés comme il faut avec de jolies couleurs mais sans jamais osé le moindre parti prix esthétique trop inspiré. Les acteurs font ce qu’on leur demande de faire et Hugh Jackman ne transcende pas le film. Certes la difficulté du projet justifie cette absence de prise de risque mais le film qui en découle est d’une banalité affligeante.

La difficulté est aussi celle de prolonger un univers qui arrive à sa fin et qui s’épuise de plus en plus à chaque nouveau volet. La saga X-Men rencontre de plus en plus d’obstacles pour se renouveler à chaque film. Malgré les talents esthétiques et narratifs de Bryan Singer, chacun des nouveaux films est plus déstructuré que le précédent. Logan se retrouve face à plusieurs difficultés qui, certes, ne lui facilitent pas la tâche. Or le film ne témoigne d’aucun signe d’appartenance à la saga en plus d’être vidé de tous les éléments intéressants des précédentes productions. Le message de différence et d’acceptation prôné par tous les films de la série jusqu’ici ne trouve pas sa place dans Logan. C’était pourtant devenu l’une des trames essentielles des films et cela leur a valu une certaine reconnaissance critique.

Dans Logan on a constamment l’impression d’avoir déjà vu chaque scène et la prévisibilité du scénario est l’un de ses plus gros échec. Effectivement toutes les péripéties du récit semblent être les même et l’identification au héro a disparu. Les questionnements de Hugh Jackman et la descente du personnage au plus bas de lui-même ne semblent pas être au centre du film et on ne s’y intéresse qu’assez peu. La mise en scène privilégie des scènes d’action très commune à un réel développement du personnage éponyme. On finit par se détacher des préoccupations du récit et on suit les scènes d’actions à répétition d’un œil vaguement intéressé. Tous les protagonistes sont introduits puis extrait de l’histoire sans le moindre développement ou information sur qui ils sont exactement. Les motivations et le caractère de chacun ne sont jamais éclairci ce qui donne l’impression d’une galerie de personnages qui s’agite dans le vide. Tout ce qui faisait l’originalité et la fraîcheur des précédents volets est ici abandonné pour laisser place à un pur produit inodore et sans saveur.

La noirceur et la violence distingue effectivement le film des autres productions de super-héros aujourd’hui. Mais la plupart des thèmes étaient déjà présent dans X-Men de manière plus développé. Il ne suffit pas d’ajouter plus de violence pour rendre une adaptation de comics plus mature et la soi-disant noirceur sur le questionnement et la destruction du personnage héroïque n’est une nouveauté dans la saga.

Balance ton commentaire

Back

FILMS D’HORREUR ET POP-CULTURE

Votre dose quotidienne d'hémoglobine. Des films d'horreur aux séries TV, en passant par la pop-culture, nous décryptons l'univers horrifique à travers des vidéos et créations originales dénichées par notre rédaction | LA TEAM CCFR | CONTACT | MENTIONS LÉGALES

SHARE

[CRITIQUE] « Logan », réalisé par James Mangold