[CRITIQUE] « Life – Origine inconnue », réalisé par Daniel Espinosa

No Comment

Six membres de la Station Spatiale Internationale ont découvert l’existence de la vie sur mars, mais après une expérience qui va mal tourner, l’équipage devra mettre tout en oeuvre pour survivre contre cette nouvelle forme de vie dotée d’une surprenante intelligence.

A moins de 2 mois de la sortie d’Alien Covenant, Hollywood a osé sortir un autre film dans l’espace avec un alien revanchard. Ecrit par Wernick et Reese (Bienvenue à Zombieland et Deadpool), les scénaristes envisageraient même une suite à Life. Ne serait-ce qu’en prenant l’idée de base, le long métrage d’Espinosa n’échappe pas à la comparaison Gravity/Alien même avec The Thing, reste à voir s’il a réussi à se démarquer de ces grosses références.

Malgré le constat mentionné plus haut, Life est un divertissement plutôt appréciable. Si on met de côté le manque d’originalité évident, c’est un bon thriller horrifique de science-fiction pas prétentieux et qui comme ses prédécesseurs, parle d’un sujet plus spirituel dans un contexte de survie. Au sens plus large, c’est de la survie de l’humanité dont il est question dans Life, celle de l’équipage passe après. Les personnages acceptent de se sacrifier pour sauver le monde, le film évite aussi de rentrer dans des conflits d’opinions courants dans ce genre de situation.

Avec sa fin majeur en l’air ou même les événements qui se succèdent, Life est particulièrement ironique et pessimiste, notamment le personnage de Jake Gyllenhaal qui incarne ce nihilisme constant. Le casting en général est convaincant, mention personnelle à l’acteur Hiroyuki Sanada découvert dans la très bonne série Helix (un mélange thriller-horreur-science fiction sauce SyFy disponible sur Netflix). Néanmoins, Life n’arrive jamais à vraiment nous surprendre puisqu’à partir du premier astronaute tué par l’alien, chaque protagoniste va à son tour se jeter dans la gueule du loup pour essayer d’exterminer la méchante bébête. Heureusement le film ne cherche pas à énerver effrayer le spectateur avec de stupides jump-scares mais plutôt à instaurer une tension en attendant que le martien tentaculaire attaque.

Même si l’intrigue est prévisible, les scènes gores ne manquent pas à l’appel mais perdent leur impact dans certains plans où elles semblent déformées. La réalisation de Life, à base de gros plan et de travellings, suit les astronautes constamment en apesanteur ce qui peut finir par devenir agaçant. Pourtant elle retranscrit très bien l’ambiance huit clos et la paranoïa d’un tel contexte. Le film se veut être une sorte de parodie façon Peur Bleue forcée par l’idée audacieuse mais facile d’avoir rendu l’extraterrestre intelligent.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE] « Life – Origine inconnue », réalisé par Daniel Espinosa