[CRITIQUE] « La Momie », réalisé par Alex Kurtzman

No Comment

Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde.

Premier film du Dark Universe voulu par Universal censé être une relecture des Universal Monsters des années 30La Momie revient terroriser les foules avec un reboot de la franchise mené par Tom Cruise et chapeauté par Alex Kurtzman. Le désastre était prévisible, l’étendue des dégâts est plus grave au final.

Si le Dark Universe est une vision 2.0 des Universal Monsters, autant être clair dès le départ, ça pue. Cela sent grave la misère. L’Univers se compose de Tom Cruise, de Russel Crowe et de Sofia Boutella pour La Momie on s’occupera de leurs cas après – mais aussi de Javier Bardem en Frankenstein et de Johnny Depp en Homme Invisible… Les rumeurs évoquent aussi Angelina Jolie en Fiancée de Frankenstein… C’est dire l’espoir qu’à Universal en leur « franchise » horrifique. On jugera sur pièces chaque film mais une chose est sûre : La Momie est un désastre, un naufrage, un film d’une vacuité sidérante.

Le pitch est tout simple : Tom Cruise est un douchebag américain égoïste qui trouve un tombeau égyptien. Il en ramène un sarcophage qui contient une princesse égyptienne voulant faire revenir le Dieu de la Mort et pour cela doit se faire un cinq à Seth avant Tommy. On rajoute le lieutenant inutile, la bimbo intello et le leader avec un lourd secret et on a le roster de ce film. On saupoudre de 3 scènes d’actions, d’un peu d’horreur, d’humour et d’hommages et on obtient un script qui a nécessité 3 personnes.

L’écriture n’est clairement pas le point fort du film. On oscille entre humour navrant et plot holes géants. Il y a un gros paquets d’incohérences et de moments longs. Tout est étendu au possible et téléphoné. On note notamment la séquence d’introduction de Russell Crowe. Longue de 3 minutes, elle se conclue par un twist gâché car annoncé dans la promo du film. Les dialogues sonnent creux et s’imbriquent mal entre eux. On assiste à une multitude de clichés et de mauvaises blagues qui font un flop. Toute tentative de sérieux se retrouve expédiée dans un humour malvenu. Une séquence néanmoins tire son épingle dans cet imbroglio narratif : l’introduction du Monstroverse. Dans un image-dropping inspiré du DC Extended Universe ou de Marvel, le spectateur se voit présenter Dracula, la Créature du Marais, Frankenstein et un lycanthrope. Seulement, les dégâts sont tellement étendus que cela prête à sourire sans plus.

Mais revenons à La Momie pour le moment. Il s’agit du premier film d’Alex Kurtzman qui a bossé sur Xena, Alias, Lost ou encore Star Trek. Visiblement, le bonhomme a séché quelques cours à l’université puisque sa réalisation est impersonnelle au possible. La caméra aurait été confiée à lui ou à n’importe quel tâcheron d’Hollywood que le résultat serait le même. On notera des tentatives d’horreur pure vite gâchées par des défauts flagrants; notamment une scène sous-marine qui aurait pu être excellente mais fera rire les spectateurs assez courageux pour rester jusqu’à la fin du film. Il pompe allègrement sur des programmes comme Ash VS Evil Dead, Le Loup-Garou de Londres et même sur La Momie originelle de 1932. Après tout, pourquoi pas puisque le film est censé être une version moderne du classique de Boris Karloff. Dommage que cela ne dure que deux petites scènes et encore, cela est probablement involontaire.

Pour résumer, le script est inexistant et la réalisation est une jolie foirade.  De manière assez logique, le casting n’est pas mieux. Tom Cruise est complètement perdu, on sent qu’il ne sait pas où il est ou alors qu’il est prisonnier d’une direction d’acteurs inexistants. Sofia Boutella est une actrice plutôt douée (Kingsman) mais là elle est réduite à sa plastique et encore, uniquement son fessier. Alex Kurtzman multiplie les plans sur son derrière avec une gène extrême. Elle se contente de gesticuler et faire des bruits bizarres (pas des bruits de cadavres de 5000 ans en tout cas, j’ai un doctorat en cris de créatures mortes depuis 5000 ans). On reconnaîtra aussi Jack Johnson qui après Jurassic World continue d’être dans les films qui détruisent une franchise iconique. Enfin, la palme du pire acteur revient à Russell Crowe. Il campe ici le Docteur Henry Jekyll. Dans un parti-pris qui marquera les étudiants en cinéma pour les dix ans à venir, il campe aussi son alter-ego, Mister Hyde. Sauf que rien ne change hormis un visage sombre, une grosse voix façon Batman et la couleur de ses yeux. Oubliez donc la créature de 2M de haut apparue dans la Ligue des Gentlemen Extraordinaires et qui était l’idée que se faisait les fans depuis sa première apparition en 1886. Dans sa version 2017, on dirait un alcoolique mal réveillé doté de dialogues creux et mauvais.

Pour planter le dernier clou dans le sarcophage de cette Momie 2.0, on mentionnera le score de Brian Tyler qui est vide au possible.  Aucun thème ne se démarque. Pire, chaque partition arrive à faire sombrer les scènes un peu plus dans le tragi-comique (selon la façon dont on prends le film). Nous passerons sous silence les scènes de l’avion ou de l’église qui suffisent à faire entrer le film dans les plus grandes gênes des années 2010.

En bref, avec La Momie, Universal réussit à massacrer le film original de 1932 mais aussi le remake fun de 1999 avec Brendan Fraser. Si chaque film du Dark Universe est dans le même moule, il faut souhaiter que le studio face faillite parce qu’on mérite mieux que cette série B qui, au-lieu de réveiller une franchise, l’assassine lentement mais surement.

Balance ton commentaire

Back

En juin au cinéma et en vidéo

06/06 Le Cercle – Rings (DVD/BR)
14/06 Transfiguration
14/06 La Momie
21/06 It Comes at Night
21/06 La 9ème vie de Louis Drax (DVD/BR)
21/06 Eat Local (DVD/BR)
22/06 The Bye Bye Man (DVD/BR)
21/06 Underworld : Blood Wars (DVD/BR Steelbook)
27/06 Phantasm II (BR)
28/06 The Last Girl
28/06 Clown (DVD/BR)

FILMS D’HORREUR ET POP-CULTURE

Votre dose quotidienne d'hémoglobine. Des films d'horreur aux séries TV, en passant par la pop-culture, nous décryptons l'univers horrifique à travers des vidéos et créations originales dénichées par notre rédaction | LA TEAM CCFR | CONTACT | MENTIONS LÉGALES

SHARE

[CRITIQUE] « La Momie », réalisé par Alex Kurtzman