[CRITIQUE] « Drifter », réalisé par Chris von Hoffmann

No Comment

Deux frères hors-la-loi trouvent refuge dans une ville abandonnée mais elle se révèle être occupé par un groupe de cannibales psychotiques et lunatiques.

Petit film d’horreur indépendant et américain, Drifter se révèle le travail d’un réalisateur influencé par des monuments de l’horreur mais aussi de l’action.

Après avoir écrit et réalisé une dizaine de courts-métrages, Chris Von Hoffmann est passé à la vitesse supérieure avec son premier long-métrage qui mélange horreur, baston et cannibalisme. L’histoire est assez simpliste dans la mesure où il s’agit d’un survival pur et dur dans le désert. On notera cependant la tentative du scénariste-réalisateur de plonger dans l’action dès le départ façon Mad Max Fury Road. Ce n’est pas la seule ressemblance avec le chef-d’oeuvre de George Miller notamment dans la photographie et la saturation des couleurs.

Ce Drifter se regarde sans souci tant il est prévisible mais WTF et plagiat à outrance d’autres films du même genre. Il contient son petit lot de moments gores souvent à base de découpages de corps, de sexe ou de repas de famille. On relève une séquence appuyé en mémoire de Massacre à la tronçonneuse ou encore un plan routier tiré de Point Limite Zéro. Mais s’il connait ses classiques, Chris Von Hoffmann connaît le cinéma indépendant moderne puisqu’il n’hésite pas à reprendre des plans de The Rover.

En somme, Drifter est un film énormément influencé qui ravira les fans de ce type d’exercice.

Balance ton commentaire

Back

L’info continue sur facebook

L’Agenda du genre (Août 2017)

Au cinéma :

En vidéo :

Sur Netflix :

SHARE

[CRITIQUE] « Drifter », réalisé par Chris von Hoffmann