Coups de Gore #1 | L’École de la (sur)vie

No Comment

Chaque mois, les auteurs du CinemaClubFR vous proposeront une liste de films à voir (ou à revoir) autour d’un thème spécial. Pour ce premier numéro, la rédaction vous présente quatre films ayant un lien avec l’univers scolaire. L’école de la (sur)vie.

GINGER SNAPS, réalisé par John Fawcett

ginger-snaps

Si l’on devait trouver un mot pour qualifier Ginger Snaps, cela serait très certainement « éprouvant ». Car derrière son esthétique que l’on croirait tout droit sortie d’un épisode de Dawson, le film de John Fawcett se révèle être bien plus malin qu’il n’y parait. Suivant la vie de deux sœurs fascinées par la mort et confrontées à l’arrivée en ville d’un loup-garou, le film nous décrit l’univers adolescent des années 90 avec un tel pessimisme qu’on en a presque la boule au ventre. Et ce ne sont pas tous les (excellents) effets spéciaux gores en grand nombre qui vont vous faire sentir mieux, malgré quelques touches d’humour noir bien senties. Utilisant à merveille la lycanthropie comme métaphore de la puberté, on termine le film en se demandant si l’on a vu un simple teen-movie gore comme tant d’autres, ou alors un drame ultra-violent. Une certitude, on a vu quelque chose de fort. [Tanguy]

LA RÉSIDENCE, réalisé par Narciso Ibáñez Serrador

La Residencia 1

Diamant noir du cinéma de genre ibérique, La Residencia (1969) possède une réputation particulièrement prestigieuse, celle d’avoir fortement inspiré un chef d’œuvre du fantastique d’Europe méridionale : Suspiria (1977) de Dario Argento. Jugez plutôt : l’arrivée de Thérèse dans un pensionnat de jeunes filles du Sud de la France ; dirigé par une directrice aux méthodes de coercition peu avenantes ; est le point de départ  d’une vague de disparitions et de meurtres… Ce magnifique thriller gothique mêle de manière subversive un sous-texte sexuel constant (l’inceste, la sexualité des jeunes filles ou encore la question du voyeurisme sont abordés) au cadre normatif et religieux du pensionnat. Le thème de la répression des désirs de lit au détour de chaque scène, pour culminer lors d’une séance de couture quelque peu singulière. Lorgnant du côté du giallo pour ses séquences nocturnes de meurtres rappelant les travaux chromatiques de Mario Bava, La Residencia, par ses fulgurances toutes sadiques lors des « interrogatoires » de nos pauvres étudiantes infortunées verse également avant l’heure dans le sous-genre du Women in Prison. Une œuvre aussi cruelle que dérangeante, jusque dans son final traumatisant. [Olivier]

THE FACULTY, réalisé par Robert Rodriguez

the_faculty

Surfant sur la vague des teenage movies qui reviennent à la mode grâce à Scream à la fin des années 90, Robert Rodriguez à qui l’on doit le culte Une Nuit en Enfer nous propose une invasion extraterrestre dans un petit lycée américain du Texas. Reprenant les catégories définies dans The Breakfast Club, nous retrouvons la diversité des stéréotypes des adolescents (le geek, le sportif, la fille mal dans sa peau, etc…) affrontant les professeurs adultes contaminés par le parasite extraterrestre. Doté d’un casting plus que correct (Elijah Wood, Josh Hartnett, Robert Patrick, Salma Hayek), le film connait un succès mitigé au niveau de la critique. Pourtant l’ambiance propre au scénariste Kevin Williamson où tout le monde est suspect car chacun peut être contaminé donne au film une petite touche d’originalité dans ce monde de film d’horreur rempli de slashers, le film étant une référence à L’invasion des profanateurs de sépultures, film culte des années 50. [venn]

BATTLE ROYALE, réalisé par Kinji Fukasaku

Un programme où des ados s’entretuent sur une île déserte : le gagnant est le dernier survivant. Idée morbide venue de l’auteur Kōshun Takami et adapté en manga par Masayuki Taguchi et Koushun Takami, Battle Royale s’est offert une adaptation cinématographique en 2000. Gigantesque succès dans son pays, le film de Kinji Fukasaku ne laissera personne indifférent. Battle Royale renvoie à de nombreuses références cinématographiques et littéraires : 1984, New York 1997, Sa Majesté des Mouches… Hautement d’anticipation, la mise en scène de Fukasaku filme avec brio les dangereuses manigances de certains mineurs sur ‘leurs ami.e.s’ tandis que d’autres rêve d’un monde meilleur. Malheureusement pour eux, il devra en rester qu’un. [Alexandre] 

 

Balance ton commentaire

Back

En juin au cinéma et en vidéo

06/06 Le Cercle – Rings (DVD/BR)
14/06 Transfiguration
14/06 La Momie
21/06 It Comes at Night
21/06 La 9ème vie de Louis Drax (DVD/BR)
21/06 Eat Local (DVD/BR)
22/06 The Bye Bye Man (DVD/BR)
21/06 Underworld : Blood Wars (DVD/BR Steelbook)
27/06 Phantasm II (BR)
28/06 The Last Girl
28/06 Clown (DVD/BR)

FILMS D’HORREUR ET POP-CULTURE

Votre dose quotidienne d'hémoglobine. Des films d'horreur aux séries TV, en passant par la pop-culture, nous décryptons l'univers horrifique à travers des vidéos et créations originales dénichées par notre rédaction | LA TEAM CCFR | CONTACT | MENTIONS LÉGALES

SHARE

Coups de Gore #1 | L’École de la (sur)vie