[CRITIQUE] « Black Christmas » réalisé par Bob Clark

2 Comments

Premier slasher de l’histoire du cinéma, Black Christmas est un conte de noël plutôt sanglant, qui ne laissera aucun répit à son spectateur.

Des jeunes femmes faisant parties d’une confrérie universitaire passent les vacances de Noël ensemble. Le groupe reçoit d’étranges appels téléphoniques, les jeunes femmes, qui semblent au départ s’en amuser, ne se doutent pas une seconde que l’auteur de ces appels n’est pas très loin…

Black Christmas est un film d’horreur hors du commun, c’est même le premier film de genre dont l’histoire se déroule pendant les fêtes de fin d’année. Drôle de saison pour y perpétuer des meurtres… La saison où la chaleur et la solidarité demeurent, ne devient plus qu’un nouveau moment pour se faire attaquer par un psychopathe.

Bob Clark réunit tous les ingrédients pour nous faire frémir : Les plans en caméra subjective, les bruitages et les sons qui nous donnent des sueurs froides, tout en y mettant un bon nombre de moments cocasses pour laisser au spectateur le temps de reprendre ses esprits (pour mieux les chambouler de nouveau).

Avec ce film, Bob Clark détruit les principes originaux des films d’horreur. Oubliez les nuits d’halloween pour faire peur, ne jouez pas sur la surprise, mais sur la tension. Black Christmas effraye en montrant bien avant l’action ce qu’il va se passer. L’empathie envers les personnages sont là, surtout lorsqu’on sait ce qu’il va les attendre.

Ce film a inspiré bon nombre d’autre film de ce genre. Halloween qui fut réalisé 4 ans après le film de Clark. Scream s’est également inspiré de ce film rien qu’en reprenant le prénom de « Billy » pour son tueur et l’une des scènes ressemble plan par plan au premier plan du film par Wes Craven. (On pourrait même dire qu’un plan de SCREAM 4 ressemble trait pour trait à un plan du film)

Black Christmas est au slasher ce qu’était  Chaplin au cinéma muet. Dommage que le remake soit une catastrophe qui oublie l’essence du film original.

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE] « Black Christmas » réalisé par Bob Clark