[CRITIQUE SÉRIES] « American Horror Story : Apocalypse » – Bilan de fin de saison

No Comment

Après un premier épisode plutôt solide et une mi-saison plus faible mais néanmoins riche en twists et révélations, la saison 8 d’American Horror Story s’est terminée cette semaine avec un final apocalyptique dans tous les sens du terme.

Vendue comme la saison ultime, cette saison 8 devait être celle de la rencontre entre les deux saisons favorites des fans : la première, Murder House, et la troisième, Coven. Force est de constater que cette saison fût plus la face B de la saison 3 qu’une fusion de deux univers. Si la logique de raconter la montée en puissance de Michael, l’Anti-Christ, fut une bonne idée sur le papier, cela s’est révélé beaucoup trop long (8 épisodes) pour un truc qui pouvait être plié en 2 ou 3 épisodes. Si deux-trois scènes furent passionnantes et/ou creepy à souhait, l’ensemble est beaucoup trop long et étiré pour captiver. Bourrés de longueurs et d’incohérences, l’écriture fut chaotique et laborieuse pour, in fine, aboutir à un final très faible loin des standards de la série.

Mais avant de sacrifier toute notion de beau goût, Ryan Murphy s’est assuré de saccager sa propre création. Dans l’épisode 6, « Return to Murder House« , deux personnages arrivent à la maison de la saison 1 pour essayer de « comprendre » Michael parce que quoi de plus logique quand le fils de Satan décime l’Humanité que d’essayer de le « comprendre ». Cet épisode, réalisé par Sarah Paulson herself, fut une déception complète. Bien sûr, le retour du casting originel (Dylan McDermott, Connie Britton – dans une moindre mesure – et Jessica Lange) était attendu mais cela n’a pas réussi à masquer le but de cet épisode : conclure la saison 1. On découvre le destin de Constance Langdon après son « adoption » de Michael et ce qu’il est advenu de la maison par la suite mais cela n’est pas entraînant ou passionnant. On sent une volonté d’en faire un événement alors que ce fut un pétard mouillé. L’épisode final apporte une approche plus satisfaisante à cette saison 1 mais cela manque de réel mordant et surtout d’horreur.

Cette saison 8 fut surtout la conclusion de la saison 3. On découvre ce que sont devenues les sorcières du Coven mais aussi ce qu’elles vont devoir faire et sacrifier pour contrer l’Apocalypse. Sauf que le twist est tellement classique et déjà vu qu’on en a pas grand chose à faire. Passé une scène choc et empowering au possible, on se surprend à se dire qu’au final, comme depuis pas mal de temps, American Horror Story : Apocalypse tournait à vide. S’il y avait (un peu) d’horreur, un sens du grand-guignol plutôt surprenant et un casting de folie – entre multi-rôles, retours, cameo et surprises -, rien ne pouvait masquer la faiblesse du scénario.

Quand on sait que la création de Ryan Murphy a encore deux saisons devant elle, pour le moment, on ne peut que s’inquiéter quant au contenu du futur de la série.

3.5

Conclusion

Si l’Apocalypse a eu lieu, elle fut plutôt dans l’écriture et le contenu de la saison que par les images. American Horror Story a-t-elle encore des Story et de l’Horror à raconter ?

Balance ton commentaire

Back
SHARE

[CRITIQUE SÉRIES] « American Horror Story : Apocalypse » – Bilan de fin de saison